Une fois installés par Abdelmalek Sellal, les directeurs de campagne comptent «faire une campagne digne de ce nom en faveur du candidat Bouteflika». C’est ce qu’ils ont déclaré, à Reporters, jeudi à l’hôtel Ryad de Sidi Fredj, en marge de la réunion à huis clos qu’ils ont tenue avec le directeur de campagne du candidat Bouteflika. «Nous sommes décidés à ne pas laisser le terrain libre et nous comptons nous investir dans tous les coins et recoins du pays, pour faire passer le message de la nécessité de la continuité, et ce, en dépit des manifestations de rue», nous dira l’un des directeurs de campagne. Tout en reconnaissant «un bouillonnement de la rue et l’existence d’autres candidats à la présidentielle», les directeurs de campagne n’en démordent pas : «Chacun a le droit de défendre son candidat et c’est ce que nous ferons sur le terrain nous aussi». «Nous allons porter notre message aux citoyens pour les convaincre de la nécessité de voter pour notre candidat et lui permettre de parachever les réformes qu’il a entamées», soutenant avoir «beaucoup d’arguments en notre faveur, puisque notre candidat a un bilan fort de nombreuses réalisations que certains tentent d’oublier ou de minimiser». «Les gens oublient comment était l’Algérie durant les années 1990. La réconciliation nationale du président de la République a permis de mettre fin au feu de la fitna et a laissé place au pardon, ce qui a été à l’origine de la sécurité et de la paix dans le pays», nous explique-t-on. Les directeurs de campagne comptent s’appuyer sur les réalisations en matière d’infrastructures dont essentiellement le logement. «Il n’y a pas un pays au monde qui distribue des logements gratuitement. Le Président l’a fait et c’est un argument majeur de campagne que nous allons brandir face à ceux qui critiquent le Président», dira notre source. Elle évoque tout autant les réalisations des structures de santé. «Depuis l’avènement du Président, de nombreuses infrastructures hospitalières ont été construites. Des polycliniques et des centres de santé de proximité, pour permettre aux citoyens des 48 wilayas de se soigner sur place, sans avoir à se déplacer à Alger», outre le fait d’être plus avantagés par rapport aux autres candidats, à l’instar de Bélaïd Abdelaziz d’El Moustaqbel, Abderezak Makri du Mouvement de la société pour la paix (MSP) et même d’Ali Benflis de Talai el Houryate, compte tenu de la présence des formations soutenant la candidature du président de la République à travers l’ensemble du territoire national. «Nous avons l’avantage d’être des partis, le FLN, le RND, TAJ et le MPA, représentés dans l’ensemble des communes d’Algérie, même les plus reculées et les plus isolées. Ce que n’ont pas les autres candidats. Nous allons faire énormément de meetings dans l’ensemble des wilayas pour assurer notre présence. Mais pas seulement, puisque nous avons reçu comme instruction l’impératif de faire des campagnes de proximité même dans les communes les plus éloignées d’Algérie, où les autres candidats n’iront pas.» Sollicités à propos des manifestations de rue qui dénoncent un 5e mandat, nos interlocuteurs soulignent que «si les gens veulent manifester qu’ils le fassent, mais, nous, nous poursuivrons notre campagne pour un 5e mandat présidentiel». Avant d’insister sur le fait d’avoir «reçu instruction de faire une campagne propre, loin de toute insulte et diffamation, et c’est ce que nous sommes décidés à faire quoi qu’il en soit».