A son tour, le secrétaire général de l’Union générale des travailleurs algériens (UGTA), Salim Labatcha, revient sur la situation économique du pays face à la pandémie de coronavirus, constatant une crise qui met en péril aussi bien l’outil productif national que le marché de l’emploi. Une situation qualifiée de «préjudiciable à l’emploi et à la production économique nationale», a-t-il souligné hier sur les ondes de la Radio nationale.
D’où l’appel aux pouvoirs publics pour la mise en place de mécanismes qui puissent assurer la sauvegarde des entreprises dont le fort ralentissement, voire l’arrêt des activités, est perceptible aussi bien chez les entreprises publiques que privées. Il faut agir vite, mais pas dans l’immédiat, parce que la priorité actuelle, c’est de sauver les vies humaines», lance le secrétaire général de la centrale syndicale à l’adresse du gouvernement en vue d’une rencontre «multilatérale» de concertation à même de dégager des solutions dans ce sens.
«Il y a urgence de se retrouver avec le gouvernement autour d’une table multilatérale afin de se concerter ensemble, en vue de créer des conditions qui permettent de sauvegarder le tissu économique de nos entreprises, qui éprouvent de grandes difficultés à supporter des charges et ce, après avoir réduit, voire arrêter, carrément leurs activités. Un problème qui touche aussi bien le secteur économique public que privé, c’est pour cela qu’on a tiré la sonnette d’alarme», expliquera-t-il à ce propos.
Dans cette logique, la centrale syndicale se joint à d’autres organisations patronales pour prôner, elle aussi, des mesures qui permettraient d’atténuer les charges des entreprises en cette période difficile à traverser. Elle fait une proposition contenant 11 points dont «la création d’un fond spécial, ainsi que le gel des pénalités et des facilités à l’accès aux crédits».
M. Labatcha ajoutera que la crise sanitaire a impacté plusieurs secteurs et branches, citant les travaux routiers, le bâtiment, le transport et le domaine du tourisme, ainsi que plusieurs services et métiers artisanaux. Il a, de ce fait, jugé «utile d’alerter le gouvernement, afin de déterminer les mesures à prendre pour sauver les salaires des Algériens et pérenniser les emplois pendant cette crise que nous traversons».
Inscrivant son appel dans le cadre de «la contribution» que l’organisation des travailleurs «veut apporter pour faire sortir le pays de la crise économique», l’intervenant dira que «l’UGTA est en train de travailler avec les organisations patronales afin d’élaborer conjointement des propositions, pouvant compléter celles d’autres acteurs et ce, pour redynamiser la croissance du pays dans divers secteurs».