Plus de 10 000 Algériens ont été refoulés par la Police des frontières françaises en 2017 pour présentation de pièces justificatives non conformes à celles présentées pour l’obtention de leur visa.

C’est ce qu’a indiqué, hier, l’ambassadeur de France en Algérie Xavier Driencourt, lors d’une conférence de presse organisée en marge de l’inauguration du nouveau centre VFS Global, qui ouvrira ses portes à partir d’aujourd’hui  pour le dépôt des demandes de visa de la circonscription du Consulat général de France à Alger. M. Driencourt a saisi cette occasion pour « inviter » les Algériens désireux de se rendre en France à présenter des « dossiers complets, conformes et sincères ».
Le chef de la diplomatie française en Algérie a rappelé que la gestion des demandes de visa est  exclusivement faite par le consulat français en Algérie et le ministère français de l’Intérieur.
Une nouvelle ère s’ouvre donc aujourd’hui dans la délivrance de ce document par le même consulat à Alger, à travers l’entrée en scène, dès ce matin à 8H, du centre VFS Global qui, expliquera M. Driencourt, a été sélectionné après un appel d’offres lancé en automne 2017 avec pour objectif de « mieux prendre en compte les demandes de visas en Algérie dans le cadre d’un nouveau cahier des charges ».
Le choix porté sur VFS Global pour la circonscription d’Alger s’est fait sur la base de « critères objectifs » comme l’expérience, la crédibilité du projet proposé, sa capacité à respecter les délais de mise en œuvre, ses capacités financières, la qualité de la sécurisation des données biométriques et les locaux prévus.
En augmentation constante depuis des années, la demande de visa s’est poursuivie en 2017 et s’est soldée par la délivrance de 410 000 visas, dont 320 000 à Alger, fait remarquer, de son côté le consul général  de France à Alger Eric Gerard, ajoutant que le nouveau centre, situé à Oued Smar, s’étend sur 7 200 m² et peut réceptionner  jusqu’à 2 000 dossiers par jour.
Sur le risque de voir les mêmes pratiques frauduleuses,  émanant de l’ancien prestataire, rééditées, le directeur de VFS Europe, Pierre Benichou, se montrera rassurant vis-à-vis des demandeurs de visa.
« Il n’y aura aucune intervention humaine pour la prise de rendez-vous, le personnel de VFS Global n’est pas habilité à donner des rendez-vous et nous aurons une tolérance zéro vis-à-vis de nos employés dont on n’acceptera  aucune dérive », a-t-il expliqué.
Précisant que « le rendez-vous est nominatif et n’est confirmé qu’après le prépaiement  par le demandeur  des frais de services dans un délai de 72 heures, auprès d’une agence du Crédit populaire algérien (CPA), ou  en ligne par carte bancaire », ajoutant que les  frais de services sont de 3 600 DA. Un montant qui n’est pas remboursable en cas de non-présentation du demandeur au rendez-vous », souligne le même responsable.
Ce dernier fera par ailleurs savoir que «  30% des demandeurs de visas ne se présentent pas aux rendez-vous. Ce qui est considéré comme un gaspillage de RDV réservés ».