La Société algérienne de production de l’électricité (SPE), une filiale de Sonelgaz, en partenariat avec General Electric, a mis hier en place un centre de monitoring digitalisé.

La cérémonie officielle d’inauguration a été organisée en présence du P-DG de Sonelgaz, Mohamed Arkabet, et celui de General Electric Power, Russel Stock. Le centre utilise les nouvelles technologies numériques pour le monitoring, l’optimisation du rendement et le diagnostic prédictif des ouvrages. Cela va permettre à la SPE d’atteindre des niveaux de performance aux standards internationaux en matière de fiabilité, de disponibilité de la production, de sécurité et d’économie de combustible. Mohamed Arkab a, dans une déclaration faite à cette occasion, relevé que la priorité de Sonelgaz est de «stimuler la production d’électricité grâce à des installations numérisées devant permettre de répondre à la demande croissante en énergie. La digitalisation des centrales électriques permettrait, a-t-il expliqué, d’identifier les problèmes avant qu’ils ne surviennent et de nous donner la possibilité d’apporter les corrections nécessaires au système électrique dont la finalité est de réduire les temps d’arrêt imprévus et d’améliorer la fiabilité non seulement des actifs, mais aussi de nos centrales électriques dans leur ensemble. Mohamed Arkabet ajoute que «Sonelgaz et sa filiale SPE entrent à travers cette réalisation dans une nouvelle ère ouverte vers le futur et le progrès». SPE recevra par le biais de ce système des données en temps réel provenant d’environ 10 000 capteurs physiques et virtuels dans les 10 installations intégrées dans la plateforme en question. Asset Performance Management (APM), et Operation Optimization, des applications de GE, surveilleront et analyseront les données, en s’appuyant sur l’analyse avancée de celles-ci pour prévoir et éliminer les temps d’arrêt imprévus et améliorer la productivité des centrales. Le logiciel de GE/Predix a été spécialement conçu pour répondre aux exigences d’échelle, de complexité, de vitesse et des exigences de sécurité du secteur de la production de l’électricité. Russell Stokes, PDG de GE Power, a souligné, lui, que les efforts de GE pour aider Sonelgaz à numériser ses centrales électriques affirment l’engagement de la société à soutenir la modernisation du secteur énergétique algérien. Il a poursuivi que grâce à ces solutions, «nous voulons apporter une aide technique à nos clients et améliorer la performance opérationnelle de leurs installations. La capacité à anticiper et à prévenir les problèmes est au cœur d’une production efficace et fiable, et nous sommes fiers que les solutions industrielles numériques de GE aident Sonelgaz à atteindre ses objectifs de sécurité énergétique». Avec l’appui de General Electric, SPE va former 250 ingénieurs et opérateurs aux solutions APM qui seront affectées aux futures centrales. Le parcours de digitalisation des moyens de production ainsi engagé par SPE sera donc porté par des compétences purement algériennes et locales. En résumé, les solutions APM développées par Predix utilisent des données et des analyses afin d’améliorer la fiabilité et la disponibilité des actifs, de minimiser le coût total de propriété et de réduire les risques opérationnels. Pour GE, il s’agit là de solution «révolutionnaire» permettant d’identifier les problèmes imminents relatifs aux équipements afin que les entreprises puissent éviter les arrêts imprévus et améliorer la fiabilité, la disponibilité et la productivité. Le lancement de la centrale électrique numérique fait partie de la révolution du numérique dont se prévaut General Electric. La centrale électrique numérique est une suite de solutions hardware et software hautement sécurisées permettant de digitaliser le système d’électricité physique, menant à des changements sans précédent notamment dans la manière dont l’électricité est générée, distribuée et consommée.

Récupération de 23% des créances impayées
La Société de distribution de l’électricité et du gaz (SDC, filiale de Sonelgaz) a récupéré, jusqu’au 7 décembre courant, 23% des créances impayées auprès de ses abonnés, a indiqué le P-dg de Sonelgaz, Mohamed Arkab.
«Nous avons réussi, jusqu’à jeudi dernier, à recouvrer 23% de nos créances lesquelles avoisinaient les 68 milliards de dinars, auprès de nos clients publics et privés», a déclaré M. Arkab. Pour rappel, la SDC avait lancé dès mai dernier une vaste opération pour le recouvrement de ses créances auprès de ses clients, baptisée «Tahsil», et ce, à travers ses 355 agences commerciales au niveau national.
La part la plus importante des créances est détenue sur la clientèle privée et représente 46% du portefeuille, tandis que 40% sont détenues sur les administrations, les entreprises publiques et les opérateurs économiques.
S’agissant des clients publics (administrations, entreprises…), cette société a établi un échéancier avec cette catégorie d’abonnés pour le payement de leurs dettes