Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a affirmé mercredi que «les inimitiés» des Etats-Unis à l’égard de l’Iran ne cesseraient pas avec le départ du président sortant, Donald Trump, dont les relations avec la République islamique étaient très tendues durant son mandat. «Vous avez été témoin de ce que l’Amérique de Trump et l’Amérique d’Obama (l’ancien président Barack Obama) vous ont fait», a-t-il déclaré selon son site officiel. «Les inimitiés ne se limitent pas à l’Amérique de Trump et ne cesseront pas à son départ», a dit le guide suprême s’adressant aux hauts responsables de son pays et à la famille du général Qassem Soleimani. Chef de la Force Qods, unité d’élite chargée des opérations extérieures des Gardiens, Soleimani a été tué le 3 janvier 2020 par une frappe aérienne américaine près de l’aéroport international de Bagdad. L’Iran a tiré dans les jours suivants des missiles vers des bases américaines et d’autres pays membres de la coalition en Irak. «Ne faites pas confiance à l’ennemi, c’est mon conseil», a-t-il dit, réitérant sa position selon laquelle l’Iran devrait se renforcer pour « neutraliser» les sanctions imposées par l’administration Trump. Les relations entre Washington et Téhéran sont très tendues depuis la Révolution islamique de 1979 mais elles ont empiré après l’arrivée à la Maison Blanche de M. Trump, qui a retiré unilatéralement en mai 2018 son pays de l’accord de Vienne sur le programme nucléaire iranien conclu en 2015 avec les grandes puissances et rétabli de lourdes sanctions contre Téhéran. Le président élu américain, Joe Biden, qui a battu M. Trump à la présidentielle de novembre, a fait part de sa volonté de reprendre la diplomatie avec l’Iran, mais Khamenei a mis en garde à plusieurs reprises contre l’espoir d’une ouverture avec l’Occident. Si les sanctions «peuvent être levées, nous ne devrions pas retarder cela d’une heure» a souligné le guide iranien. La rencontre du numéro un iranien, 81 ans, avec la famille du général Soleimani, est sa première apparition publique depuis qu’un membre de son entourage a démenti des rumeurs sur son état de de santé la semaine dernière.