Des centaines de lycéens sont descendus, hier matin, dans la rue à Sidi Aïch pour dénoncer le rejet d’une proposition d’amendement du projet de loi de finances pour l’année 2018, déposée par le Parti des travailleurs (PT), visant à augmenter le budget alloué au Haut commissariat pour l’amazighité (HCA).

Il était 09h00 du matin lorsque le premier groupe de lycéens boudent les bancs de leur établissement scolaire pour improviser une marche en plein centre-ville de Sidi Aïch. Quelques minutes plus tard, plusieurs autres groupes d’élèves issus des différents lycées ont rejoint leurs camarades. Brandissant des drapeaux berbères et des pancartes portant les mots d’ordre de la marche, les manifestants scandaient tout au long de leur parcours, des slogans en faveur de la promotion de langue amazighe et sa généralisation dans l’enseignement et son utilisation dans la communication officielle. Sillonnant le tronçon de la route nationale n°26, la procession humaine a perturbé momentanément la circulation routière.
À noter que cette marche des lycéens a été ponctuée par une grève générale qui a paralysé les autres établissements scolaires de la daïra de Sidi Aïch, en guise de soutien aux mots d’ordre de la manifestation du jour.
Par ailleurs, nous avons appris qu’un autre groupe de lycéens a également battu le pavé, hier, à travers les principales artères de la ville de Tazmalt, située à 85 km au sud-ouest du chef-lieu de la wilaya de Béjaïa, pour les mêmes raisons.
C. A. M.