Poursuivie pour diffamation et diffusion de publications incitant à la haine, Naima Salhi, présidente du Parti de l’équité et de la proclamation (PEP) et ancienne députée, a été condamnée hier par le Tribunal de Chéraga à 6 mois de prison ferme assortie d’une amende de 50 000 DA dans l’affaire qui l’oppose à Mourad Amiri, a affirmé l’avocate Aouicha Bakhti. Naima Salhi est poursuivie dans cette affaire pour «propos diffamatoires et insultes», alors que «le procureur de la République a ajouté un autre chef d’inculpation qu’est l’atteinte à l’unité nationale», selon la même avocate, qui a précisé que Naima Salhi devra également s’acquitter de la somme de 150 000 DA au titre de dommages et intérêts au profit du plaignant.
«Personnellement je suis satisfaite sur le principe du fait qu’elle soit déjà condamnée pour insulte et diffamation», a indiqué l’avocate qui n’écarte pas le scénario de voir le Parquet faire appel au «regard du réquisitoire qui était de deux ans de prison ferme».
La présidente du PEP a été condamnée par le même tribunal, dans une affaire similaire, à une peine de six (06) mois de prison ferme assortie d’une amende de 20.000 DA.