Le président de la République, Abdelmadjid Tebboune a réitéré, jeudi dernier, la priorité accordée aux services d’urgence médico-chirurgicales en insistant sur la nécessité d’organiser ces services, de les doter en personnels spécialisés et de réaliser d’autres établissements spécialisés dans les grandes villes du pays.
S’exprimant lors de l’inauguration de l’hôpital des grands brûlés, réalisé dans la commune de Sidi Chami, à l’occasion de sa visite d’inspection et de travail dans la wilaya d’Oran, le président de la République, s’adressant au ministre de la Santé Abderrahmane Benbouzid, a tenu à souligner que « le problème de la santé chez nous, ce sont les services des urgences. Lorsqu’un malade est amené aux urgences, la famille panique, le praticien n’est pas à l’aise pour dire la vérité ». Insistant sur le fait qu’« il faudrait que dans toutes les grandes villes, des centres d’urgences médico-chirurgicales soient opérationnels 24H/24 ». Soulignant que « les urgences, c’est comme un hôpital de médecine générale qui, ensuite, oriente les malades vers les hôpitaux spécialisés ».
Il a, à cette occasion, relevé l’importance de multiplier le nombre de tels établissements spécialisés dans le traitement des grands brûlés, rappelant que les incendies de l’été écoulé ont montré le « déficit que nous connaissons notamment en ce qui concerne la chirurgie réparatrice ».
Après avoir écouté un exposé sur cette structure, le président Tebboune a mis en exergue la nécessité d’ouvrir de nouveaux services des urgences pour atténuer la pression exercée sur les hôpitaux qui traitent les grands brûlés. Il a également instruit le wali d’Oran d’accélérer les travaux de réalisation d’une zone d’atterrissage au niveau de cet hôpital afin de faciliter l’évacuation des cas urgents. Il a noté que le nouvel hôpital, d’une capacité d’accueil de 125 lits, comprend un service de prise en charge des grands brûlés, un autre destiné à la chirurgie réparatrice pour enfants et adultes, un service de réanimation et un autre de chirurgie maxillo-faciale.
Pour rappel, l’amélioration des services de santé, en général, et celui des urgences, en particulier, est l’une des priorités à laquelle s’est attelé le ministre de la Santé conformément aux instructions du président de la République. Il avait ainsi effectué ces dernières semaines plusieurs visites d’inspection dans différentes wilayas après avoir donné un ultimatum de 15 jours aux gestionnaires pour pallier aux défaillances au cœur de plusieurs polémiques relayées par les réseaux sociaux. Le ministre avait également poussé un véritable coup de gueule sur la non-application de ses instructions et l’état déplorable de certains services d’urgences lors de ces visites inopinées. Ce qui a conduit à une série de limogeage de responsables d’hôpital dont les directeurs du CHU à Annaba et à Constantine. Le ministre a également réitéré ses instructions aux différents responsables du secteur de la santé afin d’« assurer les meilleures conditions de soins de santé aux citoyens, tout en veillant à offrir de bonnes conditions de travail aux équipes de professionnels ». Tout en insistant sur « l’humanisation des relations avec les patients, de la part des professionnels du secteur », incluant les médecins, les paramédicaux et les administrateurs à travers « un accueil chaleureux et l’explication de l’état du patient à la personne concernée ».
En outre Abderrahmane Benbouzid a réaffirmé que le ministère de la Santé œuvra sans relâche pour poursuivre « la politique d’amélioration des services de santé pour les citoyens » notamment « en créant et en soutenant les établissements de santé à travers le pays tout en assurant la fourniture de toutes les spécialités médicales et des moyens de diagnostic et de dépistage modernes».