PAR INES DALI
La préservation des postes pédagogiques, la prise en charge du point indiciaire et l’ouverture du dossier de départ à la retraite sans condition d’âge sont les points focaux sur lesquels insiste l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (Unpef), au moment où le ministère de l’Education nationale a débuté une conférence nationale pour la préparation de la rentrée scolaire 2022-2023 qui s’est ouverte samedi pour une durée de treize jours.
L’Unpef a mis en garde de toucher aux acquis de la corporation notamment en ce qui a trait à la préservation des postes pédagogiques. Le bureau d’Oran de l’Unpef a appelé, dans un communiqué, les participants à la conférence nationale pour la préparation de la prochaine rentrée scolaire à «ne pas renoncer aux postes existants et à être soucieux de préserver tous les postes pédagogiques de la wilaya dans le cadre d’une moyenne nationale de 31 élèves par classe (en cas de scolarité régulière)», soulignant leur «rejet de toute réduction des postes pédagogiques dans les établissements» qui lui sont affiliés.
Outre la préservation des postes pédagogiques, le syndicat est revenu sur la nécessité de «libérer sans délai les amendements à la Loi fondamentale» du secteur, avec «une application rétroactive à partir du 1er janvier 2022». De même qu’il a appelé le gouvernement à s’occuper «sérieusement du dossier du point indiciaire» et de «rouvrir le dossier de départ à la retraite sans condition d’âge», insistant sur «la demande urgente de maintenir les contractuels dans leurs postes» considérés actuellement comme des «postes vacants».
Sur un autre chapitre, celui de la pratique syndicale, l’Unpef a accusé l’administration de pratiquer le «harcèlement administratif», en citant les accusations portées contre un membre du bureau de wilaya du lycée Colonel-Lotfi. L’Unpef évoque également, dans son communiqué, «des pratiques douteuses» consistant à porter «des accusations contre le Comité des services sociaux».
Par ailleurs, le syndicat exige que «les montants prélevés sur les salaires soient restitués», avec une mise en garde contre le retour à des erreurs du passé, et appelle le directeur de l’éducation nationale d’Oran à «ouvrir le fichier des statistiques syndicales en toute transparence», en avertissant quant à toute fraude pouvant affecter leur représentativité.

Vers le recensement des postes vacants
Concernant les postes vacants, il semble que cette revendication émanant des diplômés et des syndicats ait été entendue par la tutelle. Dans ce cadre, le ministre de l’Education nationale, Abdelhakim Belabed, a donné instruction, lors de la conférence nationale pour la préparation de la rentrée scolaire 2022-2023 qui se tient du 12 au 24 mars, pour le recensement de tous les postes vacants. Il a également donné des orientations et des instructions fermes pour bien préparer la prochaine rentrée, soulignant que le ministère veillera à assurer tous les moyens humains et matériels nécessaires à même de garantir sa réussite.
Le ministre a indiqué que ces conférences seront l’occasion d’évoquer les questions liées «aux structures, aux équipements, à l’organisation et à l’encadrement scolaires afin de bien préparer la prochaine rentrée des classes». La rentrée scolaire 2022/2023 constituera «une étape pour la consécration et la mise en œuvre des décisions du président de la République concernant des dossiers importants et stratégiques inclus dans le plan d’action du gouvernement, des décisions que le ministère de l’Education veillera à mettre en œuvre sur la base d’une approche efficace et dans les délais impartis», a ajouté le ministre cité par l’APS.
Il sera également question de plancher sur les dotations budgétaires devant être allouées aux APC pour la prise en charge des établissements primaires, selon le ministre, qui a, par ailleurs, expliqué que l’annulation de l’examen de fin de cycle primaire est une décision prise après une étude approfondie, et que le passage au cycle moyen sera comptabilisé sur la base du calcul de la moyenne des trois trimestres. A noter que prennent part aux travaux de la conférence nationale les chefs des services des personnels, les chefs des services d’organisation scolaire, les services de programmation et de suivi ainsi que les cadres de l’administration centrale. <