Ce 20 janvier 2021, Donald Trump s’adjugera un nouveau titre officiel, celui d’un ex-président américain. Cette date signe ainsi la fin d’un règne que certains présentent comme chaotique, et que d’autres, surtout ses partisans, celui d’un changement qui se voulait radical.
Le départ de Trump n’est pas nécessairement le début de l’ère de Joe Biden. Ce dernier, en remportant l’élection présidentielle de novembre dernier, a plus profité d’un vote sanction que d’un mouvement de soutien. L’installation de Joe Biden signe plutôt le début d’une nouvelle époque, celle du «post-Trumpisme». C’est que le désormais ex-président a su créer, tout au long de ses 4 ans à la Maison-Blanche, un mouvement populaire dont les contours restent encore à définir.
La manière avec laquelle l’élection s’est déroulée et tout le tapage autour de la crédibilité des résultats font que l’avenir des Etats-Unis donne plus des signes de troubles que de stabilité. L’attaque du Capitole du 6 janvier dernier risque d’être que le premier jalon d’un cycle de violences que les pro-Trump appellent avec véhémence.
Il ne faut pas oublier que l’ex-locataire de la Maison-Blanche a eu plus de 74 millions de voix. Une force incroyable et loin d’être négligeable. Elle est d’autant puissante et dangereuse qu’elle se sent lésée par un «système» dont Joe Biden est un «digne représentant». Ce sentiment d’injustice s’est accentué davantage avec l’alliance des GAFA (Google, Amazon, Facebook, Apple) contre Donald Trump lors des derniers jours de son règne.
L’ex-Président américain faisait peur à ses adversaires (et à beaucoup d’autres) par la puissance qu’il avait avec son statut, surtout le pouvoir d’appuyer sur le fameux «bouton nucléaire», mais rien ne dit que sa sortie va faire baisser la tension, ni effacer l’inquiétude. La vague qui a amené Trump au pouvoir en 2016, et qui a failli le faire réélire, ne compte pas s’estomper. Son impact risque de se matérialiser aux Etats-Unis et également dans bien d’autres régions du monde. Ceux qui ont poussé un «ouf» avec l’élection de Biden pourrait être déçus par le nouveau monde qui s’annonce.