Les 200 entreprises industrielles du site ont répondu favorablement aux avis de la wilaya d’Alger appelant à cesser la pollution des eaux du lac de Réghaïa en procédant à l’installation de stations d’épuration des eaux usées. La réserve naturelle de Réghaïa et son lac, avec son écosystème, sont grandement menacés par la pollution et les rejets domestiques provenant des zones d’activités économiques et d’habitat de la zone est de la wilaya d’Alger. Pour remédier à cette situation, des mises en demeure ont été adressées à ces unités par la wilaya d’Alger, les sommant d’installer leurs propres stations d’épuration des déchets industriels. Quelques années après, la mission semble accomplie, les entreprises situées dans le périmètre du lac de Réghaïa se sont dotées des stations d’épuration des eaux usées pour éviter de polluer les eaux du lac. Le chef de la circonscription des forêts à Alger-Est, Abdelkader Messabis, a indiqué, samedi dernier, à l’occasion de la célébration de la Journée mondiale des zones humides, que «les unités de la zone industrielle, longeant le lac de Réghaïa, qui déversaient leurs déchets solides et liquides dans le lac, ont répondu à 100% aux mises en demeure qui leur ont été adressées par la wilaya d’Alger», précisant que le «taux de pollution a régressé au niveau du lac, où sont entrepris des travaux d’épuration et de nettoyage des eaux de la fosse».

un décret exécutif portant classification  du lac en cours
La direction de l’environnement œuvre au réaménagement de ce site exceptionnel en prévision de sa réouverture au public. Une étude exhaustive de la situation du lac de Réghaïa ayant trait à l’état de pollution subi par le lac depuis plusieurs années est en cours de réalisation.
Il sera procédé, en deuxième phase, à la réintégration des différentes catégories d’animaux aquatiques du lac et de plusieurs plantes rares. Selon le responsable, le but étant de le convertir en un pôle touristique d’excellence abritant des activités sportives et présentant des systèmes écologiques uniques. Plus explicite, Messabis a indiqué que la direction des forêts et de la ceinture verte de la wilaya d’Alger procède, depuis un moment, aux travaux de réaménagement de la forêt entourant le lac de Réghaïa dans le cadre de l’embellissement des espaces forestiers, et rappelé les mesures prises par la wilaya pour la prise en charge du lac.
Pour sa part, le chef du CCR de Réghaïa, Ramzi Abba, a indiqué qu’en 2018, un dossier complet a été déposé aux services de wilaya pour la classification du lac de Réghaïa, qui s’étend sur 1500 hectares, dans la liste des réserves naturelles mondiales. Le site a été classé réserve naturelle d’importance internationale, en 2003, dans le cadre de la convention internationale Ramsar, a-t-il ajouté. Précisant que dossier en question a été approuvé par la commission en charge de l’examen des dossiers de classification des réserves nationales de la wilaya d’Alger, M. Abba a fait état de la publication prochaine d’un décret exécutif portant classification du lac de Réghaïa.