La ruée vers le montage automobile, enclenchée vers la mi-2014 et négociée dans les cabinets du ministère de l’Industrie, s’est révélée, quelques années plus tard, non seulement un fiasco économique, mais surtout un scandale politico-financier des plus retentissants de ces vingt dernières années. Moins de cinq années plus tard, la politique du montage automobile est au banc des accusés. Tout comme ceux qui l’ont conçu, dont l’ancien Premier ministre, Abdelmalek Sellal, en attendant de voir le sort réservé à l’ex-ministre de l’Industrie et des Mines, Abdesselem Bouchouareb, dont une convocation lui aurait été adressée par le parquet, alors qu’il se trouvait à l’étranger. Outre Abdelmalek Sellal et Abdesselem Bouchouareb qui était à l’origine directe de la politique du montage automobile, étant donné que celle-ci est intervenue durant leur règne, d’autres anciens hauts responsables, dont plusieurs ministres, walis et fonctionnaires, en plus des patrons des quatre usines de voiture, Hyundai, Kia, Ival et Sovac, sont actuellement en détention préventive et sous le coup de poursuites judiciaires. Les mesures incitatives mises en place courant 2014 au profit des investisseurs dans l’assemblage automobile se sont révélés d’indus avantages dont ont bénéficié une poignée d’hommes d’affaires, visiblement triés sur le volet et dont les critères de sélection n’étaient autre que leur proximité avec le cercle présidentiel. Tout a commencé avec l’arrivée d’Abdesselem Bouchouareb au ministère de l’Industrie et des Mines en avril 2014. Alors que le marché de l’automobile vivait son âge d’or, le ministre tentait dès son arrivée de petits réglages qui allaient devenir une opération de sélection, soumettant, tantôt les concessionnaires à de nouvelles règles de jeu, dont l’exigence de kits de sécurité additionnels sur les voitures importées, tantôt à des blocages administratifs et à des restrictions à l’importation. Simultanément, Abdesselem Bouchouareb, l’homme fort du gouvernement Sellal, allait imposer un nouveau cahier des charges aux concessionnaires automobiles ; le texte fut publié au Journal officiel en avril 2015 et devait imposer une sélection d’un nombre très limité d’importateurs, alors que d’autres se sont vus refusés subito presto les autorisations nécessaires à l’importation de véhicules. Leurs marques étaient attribuées à d’autres sans qu’aucune justification ne leur soit notifiée. Et c’est ainsi que des hommes d’affaires comme Mahieddine Tahkout, Ahmed Mazouz, Hacène Larbaoui étaient lancés sur la piste du montage automobile, prétextant l’impératif de passer de l’importation à l’assemblage qui serait moins couteux, d’après les justificatifs fournis par les officiels de l’époque. Mais en vérité, trois années plus tard, le montage automobile, surfacturation et avantages fiscaux et parafiscaux compris, s’est révélée une option aussi onéreuse que l’importation pure et simple des véhicules. Le constat est sans appel : depuis 2016, le pays a importé pour 8 milliards de dollars de collections SKD, ce qui correspond à l’importation d’environ 600 000 véhicules de tourisme et 100 000 véhicules utilitaires. Entre-temps, la politique d’assemblage automobile a fait disparaître environ 50 000 emplois dans la filière automobile et fait perdre au Trésor public 40 à 50% de revenus fiscaux tirés de la filière. Pour ainsi dire, la politique qui allait assoir les bases d’une industrie créatrice d’emplois et de richesses s’est transformée en politique destructrice d’emplois et de richesses. Dit autrement, le capitalisme de copinage a ouvert la voie à des fléaux économiques préjudiciables, dont la corruption, la prédation, la surfacturation, l’évasion fiscale… Au compteur des dégâts, plus de 8 milliards de dollars d’importation de kits SKD-CKD, destinés à quelques usines de montage qui se compte sur les doigts d’une seule main, plus de
110 000 emplois perdus suite au passage à la politique d’assemblage, alors que le Trésor s’est vu privé d’importants revenus fiscaux des suites des exonérations fiscales dont bénéficiaient les ateliers de montage. <