Installé, avant-hier, dans ses nouvelles fonctions de directeur général de la Sûreté nationale (DGSN) par le ministre de l’Iintérieur, Noureddine Bedoui, Abdelkader Kara Bouhadba a mis en avant l’importance du partenariat entre les différents corps de sécurité.

Le successeur de M. Lahbiri a ainsi déclaré à cette occasion que « la police, tout en étant un service public, est une institution sécuritaire par excellence qui ne saurait agir sans un partenariat réel, efficace et durable avec l’Armée nationale populaire (ANP) et tous les autres corps de sécurité ». Invitant les membres la Sûreté nationale «à faire preuve de discipline, de probité et de rigueur», M. Kara Bouhadba a fait remarquer que la police « est un service public sociétal, avec tout ce qu’implique ce concept comme bases et critères visant l’amélioration continuelle de ce service, par le développement et la modernisation ». Il a plaidé, par la même occasion, pour une véritable intégration, à l’instar de toutes les institutions et organes du ministère de l’Intérieur, au sein des programmes et plans de modernisation, relevant qu’il « œuvrerait en faveur de la consécration de la paix et de la sécurité et pour la protection des personnes et de leurs biens ». M. Bouhadba a occupé plusieurs fonctions au sein de la DGSN, dont celui de directeur de la Police judiciaire d’octobre 2012 à août 2015. Diplômé en Droit et Sciences juridiques, M. Bouhadba a intégré les rangs de la Sûreté nationale en 1982 avec le grade de commissaire, avant d’être nommé à plusieurs hautes fonctions. De 1984 à 1987, il était commissaire de police, chef de la brigade de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants à la Sûreté de la wilaya d’Oran. De 1987 à 1989, il était commissaire de police, chef du service régional de lutte contre le trafic illicite des stupéfiants (Tlemcen). De 1991 à 1994 il était membre élu du Comité exécutif d’Interpol pour l’Afrique lors de la 60e AG de Punta d’El Este (Uruguay). Il a été désigné chef du service des relations extérieures à la DGSN (1992), directeur de la police judiciaire (1994), directeur de la police des frontières (1995) et directeur de l’enseignement et des écoles (2001).
Bouhadba a été élu délégué du Comité exécutif de l’Organisation internationale de la police criminelle (Interpol) en 2012. Intervenant à l’occasion de cette cérémonie, le ministre de l’Intérieur, des Collectivités locales et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui, a déclaré, pour sa part, que les autorités du pays «comptent énormément sur l’institution de la Sûreté nationale, sous la nouvelle direction issue de ses rangs, pour préserver et consolider tous ses acquis ».
Il a exhorté, dans ce sens, les éléments de la Police à ne pas lésiner sur l’effort dans l’accomplissement de leurs missions « sous la direction de l’un des enfants de l’institution, qui a progressé à travers différents postes en faisant montre d’un haut degré de professionnalisme, de compétence et de mérite, qui lui ont valu la confiance du président de la République». S’adressant aux membres de la Police nationale, M. Bedoui les a exhorté à «se tenir en rangs serrés» derrière leur nouvelle direction, soulignant que l’Algérie «connaîtra, en avril prochain, la plus importante échéance électorale d’où l’impératif de placer la stabilité du pays et la sécurisation de ses rendez-vous électoraux parmi les priorités ».<

Noureddine Bedoui : « Fermeté et rigueur » contre toute forme de violence

Les services de sécurité continueront à faire face avec «fermeté et rigueur» à toute forme de violence, a indiqué hier le ministre de l’Intérieur, des Collectivités et de l’Aménagement du territoire, Noureddine Bedoui. «Nos services de sécurité continueront à lutter contre la violence et à faire face à toute forme de ce phénomène avec fermeté et rigueur», a écrit le ministre sur sa page Facebook, tout en présentant ses condoléances à la famille du policier Abdelhakim Felour (39 ans), mortellement poignardé jeudi à Constantine alors qu’il était en service. Le défunt qui était en tenue civile, a été poignardé par un individu qui agressait verbalement des passagères dans un bus de transport public, alors qu’il voulait s’interposer et défendre ces passagères. Le défunt policier s’apprêtait à rejoindre son poste de travail pour assurer sa permanence. Quant au mis en cause, il a été arrêté et placé sous mandat de dépôt.