Le célèbre groupe Tinariwen a répondu, hier, par un communiqué publié sur sa page officielle, à la polémique qui s’est déclenchée suite à l’annulation de son concert attendu à Tamanrasset pour le Nouvel an 2019 qui devait être suivi d’une tournée, le 3 janvier à Constantine, le 5 janvier à Alger et le 7 du même mois à Oran. Le groupe a ainsi nié les propos des organisateurs, à savoir l’Office national la culture et de l’information (ONCI), qui ont publié, le 2 janvier dernier, un communiqué annonçant le report du concert à une date ultérieure.

Le groupe Tinariwen affirme dans le communiqué : «Nous sommes profondément choqués et touchés par ces comportements des organisateurs». En rectifiant que le concert a été annulé «non pas pour des raisons techniques propres au groupe, comme annoncé par l’ONCI (organisme d’Etat algérien organisateur de cette tournée) mais pour un manquement d’ordre administratif de leur part ». Ils diront également que «l’ONCI n’avait pas effectué les démarches nécessaires afin de permettre au groupe de jouer sur le territoire algérien». La même source précisera : «Nous avons appris que l’ONCI interdisait au groupe de monter sur scène le jour du concert à Tamanrasset, cette même ville qui nous a vus naître et où le cœur de notre public bat. Nous et une partie du public avions fait un long chemin pour venir, nous nous réjouissions tant de cette grande fête ensemble. Tout le groupe était présent sur le site du festival mais ne pouvait monter sur le plateau.».
Ils déploreront, également, qu’«aucun représentant du festival n’a été présent pour nous accueillir, l’accès au backstage a même été refusé à deux membres du groupe et à notre manager ». La responsable du festival, Farida Sellal, n’a même pas adressé la parole aux membres du groupe. « Elle ne les a pas salués et aucune annonce n’a été faite au public de Tamanrasset quant à l’annulation du concert », ont-ils fait savoir. Affirmant qu’à ce jour, « nous n’avons à aucun moment confirmé le report de cette tournée pour la fin du mois comme annoncé par l’ONCI. Nous sommes profondément choqués et touchés par ces comportements». «Ce manque de respect de la part des organisateurs de cette tournée et du festival Dar Imzad envers le groupe, sa musique et son public est inacceptable et insupportable», dira la même source. Ajoutant : «C’est notre honneur qui a été touché et nous sommes encore plus tristes pour tout le peuple Kel Tamasheq, tous nos amis algériens et du monde qui attendaient de partager ce moment avec nous». Pour rappel, le communiqué publié par l’ONCI, le 2 janvier passé, affirmait que «l’Office, qui a toujours veillé au strict respect de ses programmes, tient à présenter à son public ses excuses pour ce contretemps indépendant de sa volonté et informe les détenteurs de tickets qui souhaitent se faire rembourser qu’ils peuvent le faire, dès aujourd’hui, au niveau des salles, sachant que les tickets déjà acquis seront également valables pour le prochain spectacle». Suite au communiqué du groupe Tinariwen, nous avons à ce propos, contacté les responsables de l’ONCI, qui nous ont déclaré qu’un communiqué portant les explications sur ce malentendu sera envoyé prochainement aux médias.F. D.