En hommage à la jeune Chaima, et afin que justice lui soit rendue, plusieurs rassemblements sont prévus, aujourd’hui, dans plusieurs villes en Algérie pour dire «stop aux féminicides» «stop à la violence contre les femmes».

Cet appel a été lancé par plusieurs associations citoyennes relayant l’initiative du collectif Femmes algériennes pour un changement pour l’égalité (Face) qui appelle à «dénoncer les meurtres odieux de Chaïma, Ikram, Asma, Amira, Razika et de toutes les autres assassinées en 2020».
Ces rassemblements citoyens sont ainsi prévus ce jeudi à 11H devant la fac centrale d’Alger. A Oran, l’appel est lancé pour 11H à 12H à la place Port-Saïd, plus précisément au niveau des deux crémeries du Front-de-mer, quant à Tizi Ouzou, le rassemblement est prévu à 12H devant l’ancienne mairie. A Béjaïa, l’ultime hommage à la jeune Chaima est prévu à 15H30 à la place de la Liberté-Saïd-Mekbel. Les associations, collectifs et simples citoyens appellent les Algériennes et les Algériens à venir nombreux afin de se mobiliser pour Chaima et «toutes celles qui ont été assassinées et pour le droit à la vie de nous toutes». Il s’agit aussi pour les initiateurs de sortir du silence avec pour revendication : «Exigeons la justice, exigeons l’égalité, exigeons la protection des enfants et des femmes, victimes de violences».
L’indignation des différents collectifs s’est également exprimée contre les messages de haine et de jugement archaïque contre Chaima sur les réseaux sociaux, en soulignant que «Chaima a été assassinée, torturée, violée et brûlée. Justifier ce genre d’actes en blâmant la victime vous rend malheureusement complice. Remettons-nous en question, nul n’a le droit de porter atteinte à la liberté ou à la dignité de l’autre». Dès lors «indignées et enragées, nous sommes convaincues que seules la lutte et la mobilisation peuvent faire valoir nos droits et défendre nos acquis !», estiment celles qui ont lancé cet appel au rassemblement affirmant qu’il s’agit avant tout «d’agir pour ne plus subir, pas moins».
Lancement du site Féminicides-dz. Com
Face à l’ampleur des crimes contre les femmes parce qu’elles sont femmes, la mobilisation citoyenne s’exprime également par le lancement du site officiel «FéminicidesAlgérie.dz» de la page facebook féminicides Algérie. Les internautes pourront ainsi trouver toutes les informations concernant les féminicides et les cas recensés pour l’année 2019 et 2020, actualisés en temps réel.
Dans une démarche de sensibilisation et d’information, le site propose également les définitions des différents types de féminicides ainsi que les portraits des victimes. «Nous sommes deux militantes féministes algériennes, réunies par la nécessité d’alerter la société et les institutions face aux féminicides dans notre société et leur banalisation», soulignent dans la présentation les fondatrices du site. Précisant : «Nous tenons également à mettre en avant que ces féminicides ne viennent pas de nulle part, c’est le résultat d’une violence sociale et institutionnelle banalisée, voire encouragée et entretenue.»
Elles expliquent leur méthode de travail en déclarant que le recensement qu’elles réalisent suit plusieurs étapes, détecter le féminicide dans la presse ou les réseaux sociaux, chercher l’entourage de la victime et entrer en contact avec eux, confirmer l’information avec au moins cinq personnes proches, analyser les informations et, en dernier lieu, rendre l’information publique. A travers cette méthodologie, elles aspirent «à comprendre et analyser les mécanismes qui mènent aux féminicides».
L’un des principaux objectifs de ce site est également de mettre en avant que les femmes assassinées ne sont pas que des chiffres, elles avaient des noms et des vies, parfois des enfants. Les fondatrices du site affirment à ce sujet : «Nous ne voulons pas qu’elles tombent dans l’oubli ni que leur assassinat soit un fait divers, car derrière ce qui est présenté comme un fait divers existe un fait social.» <