C’est demain, dimanche 13 septembre, que débuteront les épreuves du baccalauréat 2020. Une session décalée et programmée, cette année, en automne en raison de la situation sanitaire exceptionnelle que vit l’Algérie à l’instar des autres pays du monde. Un contexte particulier, donc, qui a rendu obligatoire l’interruption de l’année pédagogique et l’arrêt des cours en classe pour des millions d’élèves dont ceux des classes de terminale et candidats à l’entrée au palier supérieur. Pour cette raison essentiellement, le ministre de l’Education nationale, Mohamed Oudjaout, a rassuré les candidats et leurs parents que les sujets des épreuves seront conformes au programme enseigné durant cette période si particulière. «Les sujets seront en fonction des cours et leçons dispensés lors des deux premiers trimestres de l’année scolaire 2019-2020», a précisé le ministre aux yeux de qui la grande préoccupation, aussi, reste la sécurité des candidats en cette période de pandémie.
M. Oudjaout insiste sur le strict respect des mesures de prévention et de protection sanitaire afin de permettre aux candidats de passer les épreuves dans les meilleures conditions possibles. Une perspective quasi assurée si l’on se réfère au climat dans lequel se sont déroulés les examens du Brevet d’enseignement moyen (BEM). Une réussite, selon le ministre, qui a vanté le dispositif d’organisation qui a permis aux collégiens en fin de cycle de passer les épreuves sereinement, loin des appréhensions exprimées quelques semaines auparavant.
Les candidats au baccalauréat 2020 seront accompagnés et orientés psychologiquement une demi-heure avant le début des épreuves entre 8H et 8H30 et 14H30 et 15H. Il y aura une moyenne d’un observateur pour chaque centre d’examens avec la désignation d’un nombre supplémentaire d’observateurs en cas d’absence. Le transport sera assuré aux chefs de centre et encadreurs désignés en dehors de leurs wilayas de résidence en coordination avec les directions des transports au vu de la situation sanitaire exceptionnelle.
Au sujet des risques de fraude, le ministre a rappelé aux «surveillants qu’ils risquent des peines judiciaires en cas de tentative de triche ou de complicité». Il a affirmé que «la corporation de l’Education ne ménagera aucun effort pour garantir la réussite de cet examen». A noter que les épreuves du Baccalauréat 2020 concerneront, cinq jours durant, plus de 637 000 candidats scolarisés et libres. Les résultats seront communiqués à la fin d’octobre prochain. n

4.647 détenus candidats à l’examen du Baccalauréat

Un total de 4.647 détenus se présenteront aux épreuves du Baccalauréat au titre de la session 2020 à travers 44 établissements pénitentiaires agréés par le ministère de l’Education nationale en tant que centres pour les examens officiels, indique le ministère de la Justice jeudi dans un communiqué.
Ces épreuves seront organisées par l’Office national des
examens et concours (ONEC) et encadrées par les fonctionnaires du secteur de l’Education national conformément à la convention signée entre les ministères de la Justice et de l’Education.
A noter qu’un total de 38.231 détenus ont poursuivi leurs études dans les différents cycles d’enseignement, dont 30.377 inscrits pour l’enseignement à distance, 616 dans l’enseignement supérieur et 7.238 poursuivent des cours d’alphabétisation.

Les candidats ont suivi des cours de soutien dispensés par 702 enseignants au titre des examens de fin d’année.
Outre le nombre des inscrits dans les différents cycles de l’enseignement général, 41.284 détenus suivent une formation professionnelle et artisanale dans 177 spécialités, y compris ceux inscrits pour la session de février 2020, ajoute la même source.
De surcroît, le coup d’envoi de cet examen sera donné, le 13 septembre courant, à l’établissement de rééducation et de réinsertion de Berouaguia à Médéa.

Plus de 15.000 policiers mobilisés pour la sécurisation des centres d’examens

La Direction générale de la Sûreté nationale (DGSN) a mobilisé 15379 policiers à travers tout le territoire national pour la sécurisation de l’examen du Baccalauréat prévu du 13 au 17 septembre 2020, indique, vendredi, un communiqué de la DGSN.
Le plan mis en place par la DGSN prévoit la sécurisation de 2147 centres d’examen répartis au niveau national, les centres d’impression, de compostage et de correction, outre l’accompagnement de l’ensemble des mesures préventives adoptées par le ministère de l’Education nationale pour la réussite de ces examens, sur fond de la conjoncture sanitaire exceptionnelle due à la propagation du coronavirus, précise la même source.
Les unités de police mobilisées à cette occasion et renforcées par tous les équipements et moyens techniques nécessaires, veilleront à la sécurisation du périmètre extérieur des centres de déroulement des examens relevant du territoire de compétence de la Sûreté nationale.
Il s’agit également d’assurer la sécurisation de l’acheminement des sujets d’examen et le renvoi des colis vers les centres de compostage.
Les dispositifs sécuritaires ont été renforcés également par des patrouilles mobiles et pédestres, notamment durant les heures des examens pour fluidifier la circulation routière au niveau des principaux axes menant à ces centres.
La DGSN a appelé tous les conducteurs et les parents d’élèves qui accompagneront leurs enfants aux centres d’examen, à contribuer à la réussite de ces épreuves, à l’impératif de respecter le code de la route et à éviter le stationnement anarchique devant les centres.