Un reporter photographe algérien concoure pour le World Press Photo of the Year. Farouk Batiche, 39 ans, a été nominé ce mardi pour une photo prise lors d’une couverture du Hirak, un « shoot » choisi parmi six clichés susceptibles de remporter le prestigieux prix de photojournalisme le 16 avril prochain. Notre confrère Farouk Batiche est sélectionné vingt-deux ans après la consécration de Hocine Zaourar pour « la Madone de Bentalha ». Il a toutes ses chances pour obtenir la même prestigieuse récompense. Farouk Batiche, 39 ans, est correspondant de l’agence allemande DPA depuis janvier 2019. Il a commencé dans une agence photo très connue à Alger, Newpress, en 1997. L’Algérie traverse alors ce qu’on appelle la « décennie noire », dix années de guerre contre les islamistes armés au cours desquelles de nombreux journalistes ont été tués. Newpress, collaborant avec des agences internationales, les photos de Farouk Batiche sont diffusées par AP et Sipa Press. En 2011, au moment où éclatent les
révoltes arabes, le photographe se fait remarquer chez Reuters, ses images exclusives des manifestations en Algérie sont reprises dans plusieurs pays. « Etre nominé pour le Word Press, c’est le rêve de tous les photojournalistes. Je ne fais pas exception, pour moi, c’est un grand honneur, c’est la récompense de vingt ans de travail », a confié Farouk à Middle East Eye. La photo sélectionnée a été prise durant le Ramadhan dernier, lors d’un mardi de manifestations des étudiants. « Il faisait très chaud, les étudiants ont voulu monter vers le palais du gouvernement. Ils s’y sont pris à trois fois pour casser le dispositif policier et ils ont réussi. Mais sur la route, les policiers leur ont à nouveau barré le chemin. Il y a eu une bousculade. Alors ils se sont assis par terre et ont commencé à repousser les boucliers », raconte-t-il à Middle East Eye.