Les stocks de pétrole brut ont augmenté davantage que prévu aux Etats-Unis la semaine dernière et les exportations se sont maintenues à un niveau élevé, selon des chiffres publiés mercredi par l’Agence américaine d’information sur l’Energie (EIA).

Lors de la semaine achevée le 23 mars, les réserves commerciales de brut ont avancé de 1,6 million de barils pour s’établir à 429,9 millions, alors que les analystes interrogés par l’agence Bloomberg prévoyaient une progression plus modeste de 850 000 barils. Elles s’inscrivent malgré tout en baisse de 19,5% par rapport à la même époque l’an dernier et restent dans le bas de la fourchette moyenne pour cette période de l’année. Egalement scrutés puisqu’ils servent de référence à la cotation du pétrole à New York, les stocks de brut WTI du terminal de Cushing (Oklahoma, sud) ont avancé pour la troisième semaine de suite, de 1,8 million de barils à 31,2 millions de barils. Les réserves d’essence ont de leur côté fortement baissé de 3,5 millions de barils, là où les analystes anticipaient un repli de 2,38 millions. Elles sont en recul de 0,1% par rapport à leur niveau d’il y a un an mais se maintiennent dans la partie haute de la fourchette moyenne pour cette période de l’année. Les stocks d’autres produits distillés (fioul de chauffage et gazole) ont également régressé de 2,1 millions de barils, assez proches des estimations qui étaient fixées à 2,0 millions de barils. Ils sont en repli de 15,7% par rapport à leur niveau à la même époque en 2017 et descendent dans la partie basse de la fourchette moyenne pour cette période de l’année. Le prix du pétrole américain, qui reculait déjà avant la diffusion du rapport, se maintenait en baisse juste après sa publication et l’aprés midi, le baril de WTI pour livraison en mai baissait de 62 cents à 64,62 dollars sur le New York Mercantile Exchange (Nymex).
(APS)