Comme il fallait s’y attendre, le marché pétrolier amorce le mois d’août dans une tendance baissière. En effet, hier, au premier jour de la semaine, les prix de l’or reculaient par rapport à ceux affichés vendredi. L’allègement des réductions de l’Opep+, à partir du 1er août, a donc eu son effet sur la réaction des investisseurs, ces derniers n’écartent pas le scénario d’une offre excédentaire qui découlera de cette opération, prévue, faut-il le rappeler, dans l’accord de l’Opep et ses partenaires, le 12 avril dernier. Ainsi, après les coupes de 9,7 millions de barils par jour programmées pour les mois de mai et juin, puis prolongées jusqu’à fin juillet, la seconde étape porte sur une réduction de 7,7 mbj, d’août à décembre 2020, alors que la troisième étape verra l’Opep+ alléger encore davantage ses réductions, soit à 5,8 mbj entre janvier 2021 et avril 2022.
C’est donc une augmentation de son offre par rapport aux trois derniers mois que l’Opep opère depuis hier, et sur le marché londonien, cette démarche s’est soldée par une entame de semaine avec un prix de 43,11 dollars (-0,94%) pour le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en octobre, dont c’était le premier jour d’utilisation comme contrat de référence.
La baisse était plus perceptible sur le marché newyorkais où le West Texas Intermediate (WTI) pour le mois de septembre perdait 1,24% par rapport à la clôture de vendredi pour s’afficher à 39,77 dollars.
L’allègement en provenance de l’Opep intervient, de surcroît, dans une période où la pandémie de coronavirus progresse sans retenue, notamment aux Etats-Unis où elle agite la menace de nouveaux confinements et d’un coup d’arrêt à la reprise économique, et par ricochet celle d’or noir qui avait vécu des jours sombres et connu un effondrement sans précédent durant le printemps, suite aux mesures sanitaires mises en place contre la pandémie et leur impact sur l’offre mondiale de Brut. Au rythme d’une économie mise subitement à l’arrêt, cette offre était descendue à ses plus bas, et les prix l’avaient suivi, inévitablement, pour tomber jusqu’à près de 15 dollars pour le Brent, alors que le WTI avait été même vendu à nettement moins de zéro dollars. Dans le cas des 7,7 mbj que l’Opep+ va produire jusqu’au 31 décembre, les analystes estiment un retour sur le marché d’environ 1,5 mbj au mois d’août. Une estimation cohérente avec les calculs du ministre saoudien de l’Energie, le prince Abdelaziz ben Salmane, à l’issue de la dernière réunion interministérielle de l’Opep+ mi-juillet.