Le pétrole poursuivait mardi sa chute, les deux références de l’or noir perdant plus de 5%, entraîné vers le bas par les espoirs suscités par les négociations russo-ukrainiennes et les inquiétudes d’un ralentissement de l’économie chinoise.

Mardi matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en mai perdait 5,48% à 101,04 dollars. Le baril de West Texas Intermediate (WTI) pour livraison en avril chutait de 5,50% à 97,34 dollars. Les cours de l’or noir continuaient de baisser par rapport aux sommets atteints la semaine précédente, tirés par l’espoir que les pourparlers entre la Russie et l’Ukraine puissent conduire à une désescalade du conflit, ont commenté des analystes.

Il y a une semaine les cours avaient atteint un record depuis 2008, à 139,13 dollars pour le Brent et 130,50 pour le WTI. Si les deux références de l’or noir ont dévissé depuis avec une décrue de la “prime de risque” sur l’approvisionnement représentée par la crise ukrainienne, ils restent en hausse de plus de 46% sur un an.

Délégations russe et ukrainienne doivent reprendre mardi leurs pourparlers interrompus la veille.

En Chine, en raison d’une augmentation du nombre de cas de Covid-19, un confinement sanitaire a été décrété dans plusieurs villes dont Shenzhen, centre technologique du Sud du pays. Selon les analystes, l’évolution de la situation en Chine, où la nouvelle vague d’infections Covid-19 pourrait réduire la demande à court terme, a également pesé sur le prix du pétrole.