Les prix du pétrole abordaient la semaine en petite hausse hier lundi, les investisseurs revenant à leur principal sujet d’attention, l’équilibre entre offre et demande d’or noir, mis à mal par l’évolution de la pandémie de Covid-19. Lundi matin, le baril de Brent de la mer du Nord pour livraison en juin valait 63,15 dollars à Londres, en hausse de 0,32%. New York, le baril américain de WTI pour le mois de mai gagnait 0,12%, à 59,39 dollars. Les cours du brut «continuent à se consolider dans l’attente de nouveaux éléments», a fait remarquer Jeffrey Halley, analyste. Faute de développement majeur sur le front du pétrole, les investisseurs se recentrent sur l’équation entre offre et demande, avance l’analyste, Naeem Aslam. «Les préoccupations qui entourent l’offre», amenée à croître notamment à mesure que le robinet d’or noir des membres de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep) et de leurs alliés se rouvre, «seront probablement résolues par la hausse de la demande», veut-il croire. Plusieurs pays européens dont la France vivent toujours avec des mesures de restrictions très fortes qui entravent la consommation de brut mais d’autres comme le Royaume-Uni semblent entrevoir le bout du tunnel. Ainsi les commerces non essentiels comme les coiffeurs, les terrasses des pubs et les salles de gym rouvrent par exemple lundi en Angleterre, confinée depuis janvier. En Asie, «les +nouvelles vagues+ apportent leurs lots de risques» sur la consommation d’or noir, tempère Stephen Innes, analyste. L’Inde a dépassé lundi le Brésil en tant que deuxième pays le plus touché par le Covid-19, en enregistrant un nouveau record de plus de 168.000 nouvelles contaminations par jour. Le pays a enregistré plus de 873.000 contaminations ces sept derniers jours — une augmentation de 70% par rapport à la semaine précédente. Et une quarantaine de provinces thaïlandaises ont imposé des restrictions à l’entrée sur leur territoire et des mesures de quarantaine pour les visiteurs en provenance de Bangkok et d’autres villes de Thaïlande, redoutant
une extension de l’épidémie.(APS)