Algérie Télécom et les opérateurs de téléphonie mobile Mobilis, Djezzy et Ooredoo ont eu fort à faire avec leurs clientèles clamant des explications sur la perturbation de la connexion internet intervenue mercredi en début de soirée et qui s’est poursuivie jusqu’à ce samedi. Leur standard s’est retrouvé très sollicité par des milliers d’appels cherchant à savoir à quand un retour à la normale du débit devenu si bas. Une situation qui certes n’a pas été du goût des internautes car pénalisés et parfois privés d’accessibilité à certains sites internet, notamment les réseaux sociaux. Allant même jusqu’à faire un rapprochement avec la récente annonce d’Algérie Télécom d’opérer des baisses considérables sur ses tarifs d’abonnements ADSL. Un raccourci qu’il est difficile de comprendre, voire même qui ne tient pas debout. Jusqu’ici les raisons exactes des perturbations restent inconnues. Seul élément d’information sur cette perturbation est un communiqué d’Algérie Télécom dans lequel l’opérateur historique explique sur sa page Facebook « les perturbations ont été enregistrées dans le réseau international d’internet affectant plusieurs pays dont l’Algérie». Algérie Télécom précise toutefois que «cette perturbation n’a aucun lien avec le réseau national de télécommunications de l’Algérie ou ses installations de base, mais plutôt à une intermittence du flux dans le réseau international». L’opérateur historique informe enfin que ses «spécialistes travaillent d’arrache-pied pour prendre toutes les mesures nécessaires afin de garantir le service à la clientèle ». Toujours est-il que le bruit sur l’origine des perturbations dans le réseau internet on parle de travaux de maintenance au niveau du câble sous-marin en fibre optique. Pour l’instant, l’unique fournisseur d’internet ADSL en Algérie, Algérie Télécom, n’a pas réagi à ce ouï-dire.
Pour rappel, la dernière perturbation de la connexion internet en Algérie était due à des travaux de maintenance au niveau du câble sous-marin. Mais il faut dire que les perturbations sont devenues récurrentes et suscite moult interrogations chez les internautes locaux qui en sont venus à croire qu’elles sont le résultat d’un manque de savoir-faire de l’opérateur historique «qui n’est pas arrivé encore à maîtriser cet outil de communication à grande échelle où bien n’arrive pas à s’adapter à ses nouvelles exigences. Autrement dit, il accuse un retard dans ce domaine», commentent à l’unanimité des experts en nouvelles technologies des télécommunications.
Toujours est-il que le fournisseur national internet n’en est pas moins appelé à faire en sorte que sa prestation en la matière connaisse une nette amélioration. Un défi qu’il se doit de relever.<