Trois, c’est le nombre de fois où Riyad Mahrez s’est retrouvé en dehors de la liste des 18 joueurs concernés par une rencontre depuis qu’il a rejoint Manchester City en juillet 2018. C’est pour dire que ne pas l’avoir dans les 18 est fait rare. A l’occasion du choc entre Manchester City et Liverpool pour le compte de la 8e journée de Premier League, il n’était même pas sur le banc. Une surprise qui trouverait explication dans le turn-over prôné par l’entraîneur Pep Guardiola ayant décidé de donner du repos au Dz. A vrai dire, ce n’était pas une mauvaise nouvelle en soi compte tenu de la forme affichée par le gaucher depuis quelques temps.

Le natif de Sarcelles (Paris/France), titulaire lors des 5 dernières sorties du championnat anglais, n’a pas été retenu pour la partie contre les Reds (1/1). Pas très performant depuis quelque temps non sans montrer des insuffisances sur le plan athlétique, le « Fennec » essayera mettre cela à profit avant de disputer la double-confrontation contre le Zimbabwe avec l’équipe nationale les 12 et 16 du mois en cours. Il faut l’admettre, depuis le début de la saison, ce n’est clairement pas le Mahrez étincelant qu’on connaît. Cet ailier qui prend les initiatives et très tranchant dans ses prises de balles et tentatives de dribbles. Malgré ses performances en demi-teinte, son coach en club n’a cessé de l’aligner dans le onze de départ. Surtout que le compartiment offensif des « Skyblues » enregistrait beaucoup d’absents à l’image de Sergio Agüero, Gabriel Jesus et Kevin De Bruyne récemment.

Guardiola l’a ménagé « pour son bien »
Conséquence : le capitaine de l’équipe nationale a enchaîné les minutes (784 au total) depuis l’entame de la séquence 2020-2021 sans trop souffler. Le tout en n’étant pas franchement décisif et impliqué directement dans les buts de son équipe avec 1 but et 1 offrande seulement. Certes, si l’on considère les décalages qu’il fait -par moments- grâce à ses passes, et son génie par intermittences. Mais c’est tout.
Tout cela ne pouvait pas vraiment durer. D’autant plus que, dans son poste, Bernardo Silva, Phil Foden et le nouveau venu Ferran Torres peuvent dépanner. Devant, Gabriel Jesus est de retour. Le Brésilien a même était buteur mardi dernier en Ligue des champions face à l’Olympiakos pour le 3e et dernier but du succès des siens (3-0). Une rencontre dans laquelle Mahrez a joué 69 minutes en livrant une prestation passable.
Pour ce samedi, son coach a – tout simplement – décidé de s’en passer. Un coup d’arrêt après un total de 784 minutes cumulées sur le pré dans les trois compétitions : Premier League, EFL Cup et C1. On y ajoutera les deux rencontres disputées avec la sélection en octobre dernier. Cela fait 12 rencontres de suite disputées depuis le 27 septembre écoulé. Explications du chef de la barre technique des vice-champions d’Angleterre : c’était « pour son bien » assure Guardiola alors que le journaliste anglais, Jack Gaughan, du Daily Mail qui a informé que « l’Algérien n’est ni blessé ni malade. Pep Guardiola aurait tout simplement décidé de le laisser au repos en réalisant une «rotation d’équipe».» Les hypothèses du pépin physique ou d’une contamination au Coronavirus étaient donc écartées. C’était l’essentiel.

Plus en jambes pour le Zimbabwe ?
Une charge que l’organisme du gaucher semble accuser. Surtout avec des vacances écourtées. La préparation d’intersaison ne semble pas être bien digérée par l’ancien sociétaire de Leicester City. Cela dit, sachant qu’il est important pour « El-Khedra », le fait qu’il ait 6 jours sans match avant de débuter le stage et, éventuellement, être aligné comme titulaire le 12 novembre prochain pour l’ « acte I » face aux Zimbabwéens est, en soi, une bonne nouvelle.
Djamel Belmadi, sélectionneur de l’EN, aura besoin d’un capitaine en forme. Avec ce « break », il peut même envisager de l’utiliser 4 jours plus tard à Harare dans l’espoir que le Mancunien retrouve ses sensations. Face au 2e (4 points) de la poule « H », le MVP du championnat d’Angleterre en 2016 sera sous la loupe. Il tentera de retrouver un peu de sa superbe avec le maillot Dz en aidant les siens à valider le ticket pour l’édition camerounaise et retaper son moral. n