Le ministre des Ressources en eau, Ali Hammam, a indiqué hier à Khenchela que la problématique d’approvisionnement en eau potable, soulevée pendant les jours de l’Aïd Al-Adha dans plusieurs wilayas de pays était liée à des facteurs techniques et humains. «La problématique de l’approvisionnement en eau potable est principalement due à l’aspect humain, à l’origine de la mauvaise gestion de la distribution de cette substance vitale», a précisé le ministre lors de son inspection du projet d’extension du barrage de la commune de Babar, au deuxième jour de sa visite dans cette wilaya. Il a ajouté que «le principal obstacle dans l’amélioration de la distribution d’eau potable est la mauvaise gestion liée particulièrement à la ressource humaine». Le premier responsable du secteur des Ressources en eau a également relevé que les travaux de quatre stations de dessalement d’eau de mer seront «prochainement» lancés dans les wilayas d’El Tarf, Skikda, Bejaia et Alger et s’ajouteront aux 11 autres ouvrages similaires dans les wilayas du pays, dans l’objectif «de diversifier les sources d’accès à l’eau et améliorer l’approvisionnement en eau potable des populations».
M. Hammam a souligné que le taux de remplissage des barrages dans les différentes wilayas du pays a atteint 52%, affirmant que ce pourcentage fournit «une aisance» au secteur d’eau s’agissant des capacités de stockage de cette denrée vitale.n