Au Conseil de la Nation (Sénat) où il répondait aux questions des parlementaires sur le projet de loi complémentaire sur la pêche et l’aquaculture, le ministre du secteur a annoncé en séance plénière que ses services vont procéder au «règlement du problème d’ensablement» dont souffre 11 ports de pêche le long du littoral algérien.

Par Salim Benour
Hicham Sofiane Salawatchi a indiqué qu’une enveloppe financière a été dégagée pour effectuer cette opération, sans
en préciser le montant. Sur la question des ports de pêche, le ministre a fait savoir que ce
dossier a été ouvert «officiellement» par une décision du Conseil des ministres tenu en mars
dernier, ce qui permettra, a-t-il dit, de «faire un état des lieux
sur la situation des ports et proposer les solutions idoines permettant de développer les infrastructures et protéger les professionnels du secteur». Quant aux plages d’accostage, M. Salawatchi a fait état de 23 opérations de réaménagement (études compris) proposées au projet de loi de finances 2023, relevant qu’il s’agit de projets ambitionnant la création d’emplois et le renforcement de la production nationale en coordination avec les chambres locales de la pêche et de l’aquaculture.
Concernant l’exportation des produits de la pêche, M. Salawatchi a indiqué que le secteur œuvrait à la «définition d’un modèle de production et de consommation des produits halieutiques», rappelant «l’exportation en 2021, de 8 millions USD grâce à la pêche au thon rouge». Interrogé sur la hausse des prix du poisson, dont la sardine, le ministre a indiqué que les prix étaient soumis au principe de l’offre et de la demande, ainsi qu’aux conditions saisonnières de la pêche, soulignant que «la hausse des prix des produits halieutiques s’explique aussi par la stabilité du volume de la production face à une augmentation significative de la consommation».
M. Salawatchi a annoncé le lancement de nouveaux projets d’élevage de la dorade à Skikda, Bejaïa, Boumerdes et Tlemcen pour augmenter la production de la filière d’aquaculture. Concernant les wilayas du sud, le ministre a indiqué que trois nouvelles directions ont été créées à Adrar, Biskra et El Oued afin de mettre en place une stratégie au niveau de ces wilayas, atteindre 25.000 tonnes de produits d’aquaculture, et encourager l’investissement dans cette filière et dans les autres filières agricoles.
Pour ce qui est de la formation, le ministre a expliqué que des accords internationaux avaient été signés pour consolider la place de la formation et de la recherche scientifique et bénéficier des expériences internationales dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture. n