Le Forum des chefs d’entreprise (FCE) vient de tourner officiellement une page importante de son histoire. Il a changé de nom hier et s’appelle désormais la «Confédération algérienne du patronat citoyen» avec l’acronyme CAPC.

La nouvelle dénomination du collectif patronal a été choisie à la majorité des membres de l’assemblée extraordinaire qui a eu lieu hier. Elle a été également préférée à deux autres désignations, Algerian Business Confederation (ABC) et Confédération du patronat algérien (CPA), des choix qui n’ont pas retenu l’intérêt des votants et qui ne relèvent plus aujourd’hui que de l’anecdote. Pour la désormais nouvelle Confédération, l’essentiel est de se lancer dès à présent dans une procédure juridique et réglementaire pour confirmer et valider son nouveau statut aux yeux de la loi. Un processus qui, selon une source, devrait commencer «très vite» pour que son président, Sami Agli, et l’équipe dirigeante puissent poursuivre leur travail sous un nouveau manteau.
Pour les chantiers et les projets sur lesquels le collectif travaille depuis des années, ce sont les mêmes «ajoutés à ceux qu’imposent la conjoncture de crise actuelle», relève un membre de la confédération. La rupture, elle, est brutale et se rapporte au désir de M. Agly et du staff dirigeant d’enterrer définitivement la période durant laquelle le collectif était conduit par Ali Haddad. Une séquence dont des représentants en vue à l’époque sont aujourd’hui au cœur de la chronique judiciaire et condamnés à des peines d’emprisonnement selon la gravité des charges retenues contre eux. Une ère face à laquelle le mot d’ordre est de lui tourner le dos définitivement pour en finir avec la «confusion entre l’économique et le politique», selon les déclarations recueillies à l’occasion auprès de M. Agli depuis son arrivée à la tête de l’association en juin 2019. C’est-à-dire trois mois après le retrait de M. Haddad, le 28 mars, en plein Hirak, et un mois après la démission du président par intérim Moncef Saïd Othmani, le 21 mai 2019.
Ce mot d’ordre s’est concrétisé le 13 juin 2020 par un communiqué annonçant la «décision de changer de dénomination» et pour «acter définitivement» l’engagement «exclusif» de l’association «en direction des questions et des préoccupations économiques en les dissociant de la chose politique». Dans ce communiqué, il était indiqué l’interdiction à tous les membres de l’exercice, «sous quelque forme que ce soit», de toute activité politique» sous la couverture de la désormais confédération. En revanche, «l’organisation s’engage à participer pleinement à l’essor économique du pays, en se refusant d’accomplir une quelconque autre mission qui n’est pas la sienne».