Un mémorandum d’entente entre l’Algérie et les Etats-Unis, visant à «restreindre l’importation de biens culturels algériens», a été signé le jeudi 15 août par la ministre de la Culture, Meriem Merdaci, et l’assistante du secrétaire d’Etat américain, chargée de l’Education et de la culture, Marie Royce, selon un communiqué du ministère de la Culture.

Par Rédaction culturelle
Le mémorandum a pour objectif de «restreindre l’importation des biens culturels de l’Algérie vers les Etats-Unis (…) et mettre fin au pillage et au trafic illicite des biens culturels qui représentent le patrimoine culturel algérien», précise le communiqué, rapporté par l’APS.
Ce document ouvrira «de nouveaux horizons pour la coopération dans le domaine de la lutte contre le vol et le trafic illicite des objets culturels …». Il intervient conformément à la convention de l’Unesco, signée en 1970, relative aux mesures à prendre pour interdire et empêcher l`importation et le transfert illicites des biens culturels, ajoute la même source. Etaient présents à la cérémonie de signature, la vice-secrétaire d’Etat adjointe chargée de l’éducation et de la culture, Aleisha Woodward, l’ambassadeur d’Algérie à Washington Madjid Bouguerra et d’autres responsables algériens et américains. La ministre a estimé que la signature de ce mémorandum se veut «un couronnement à un long et riche parcours de la coopération bilatérale dans le domaine de la protection et la préservation du patrimoine».
Dans un communiqué du département d’Etat américain (US Département for States) parvenu à la rédaction, il est souligné que «cet accord impose aux Etats-Unis des restrictions à l’importation visant certaines catégories de matériel archéologique algérien datant d’il y a 2,4 millions d’années environ vers 1750 après J.-C.» précisant que cela concerne «notamment certains des plus anciens restes humains découverts à Ain Boucherit et des objets culturels provenant de nombreux sites du patrimoine mondial, dont Tipasa, Timgad, et Djemila».
Il est également précisé dans ce communiqué que «l’engagement conjoint des Etats-Unis et de l’Algérie de protéger le patrimoine de l’Algérie et de faciliter son accessibilité pour les générations futures favorise le développement économique autour du tourisme durable et réduit les incitations au pillage et à la traite des êtres humains», affirmant que les Etats-Unis sont déterminés à protéger et à préserver le patrimoine culturel dans le monde entier et à lutter contre le trafic de biens culturels alimentant des réseaux criminels et terroristes. Pour rappel, les Etats-Unis ont conclu des accords bilatéraux similaires avec 19 pays à travers le monde et ont également imposé des restrictions d’importation de biens culturels en provenance d’Irak et de Syrie.