Les 193 pays membres des Nations unies ont échoué à se mettre d’accord sur le budget pour l’année à venir des opérations de paix qui expire le 30 juin, ce qui pourrait conduire à « un gel de toutes les missions », a-t-on appris lundi de sources diplomatiques. Selon ces sources, l’absence d’accord vient notamment de la Chine et de pays africains qui ont multiplié des demandes de dernière minute. Le budget des opérations de la paix (une vingtaine dans le monde) s’élève à environ 6,5 milliards de dollars et couvre chaque année une période de 12 mois débutant en juillet. Interrogé par l’AFP sur l’absence d’accord au sein de l’Assemblée générale de l’ONU, Stéphane Dujarric, le porte-parole de l’ONU, a indiqué que les missions de paix avaient été prévenues. Il leur a été demandé de préparer des plans au cas où les missions devraient s’interrompre, selon lui. « Nous espérons qu’ils (les Etats membres) parviendront à un accord rapidement », a-t-il dit, soulignant qu’à défaut les missions de paix ne pourront plus engager de dépenses à compter du 1er juillet. Dans ce cas, le secrétaire général de l’ONU ne pourra effectuer des dépenses que pour la sécurité des personnels civils, militaires et civils mobilisés dans les opérations de Casques bleus, a ajouté le porte-parole. « La réduction des opérations limiterait la capacité des missions à mettre en oeuvre leur mandat, y compris, par exemple, soutenir les pays hôtes dans la réponse au Covid-19, protéger les civils, entre autres », a aussi affirmé Stéphane Dujarric.