Correspondance particulière Yannis Ismaïl
La traditionnelle rentrée littéraire voit, cette année, débarquer un personnage inspirant, et non des moindres. Il s’agit de Badis Diab, l’activiste humanitaire algérien de 29 ans, considéré par de nombreux observateurs comme l’un des plus éminents activistes humanitaires du continent africain.
La réputation de Badis Diab n’est plus à faire, en effet, le jeune Constantinois s’est construit ces dernières années un statut solide dans la nébuleuse humanitaire et sur la scène internationale.
À la tête de l’ONG Unity, présente dans
71 pays dans les domaines de l’éducation, l’aide à l’enfance, du handicap, la santé et la biodiversité, l’Algérien a fait de son engagement social l’un des plus répandus à travers le monde.
Et si ce parcours de vie prodigieux ne suffisait pas, il vient d’annoncer cette semaine sur ses réseaux sociaux la parution de son premier ouvrage «Agir pour exister : au service de l’action humanitaire», chez Spinelle, une maison d’édition parisienne connue pour l’émergence de nombreux jeunes talents littéraires.
Nous avons pu échanger avec lui au sujet de la sortie de son livre. Concernant la nécessité pour lui d’écrire cet ouvrage et de partager son expérience de l’action humanitaire, Badis Diab indique : «Il était nécessaire pour moi de partager mon expérience de l’action humanitaire et d’indiquer pourquoi il est important de relever le défi de la solidarité et du partage des richesses. Si mon rôle d’activiste est en premier lieu d’agir sur le terrain, il est aussi celui d’inviter le maximum de personnes à s’engager également. Et dans ce sens, écrire était la meilleure solution.»
Au fil des 236 pages passionnantes, l’Algérien évoque avec élégance, subtilité et humilité les différentes dimensions qui poussent à l’engagement solidaire. Il cite ainsi l’examen de conscience, la compassion, l’amour, l’humanisme ou encore la tolérance.
Concernant ces différents points, il précise : «L’engagement humanitaire est le fruit d’un long processus personnel et intellectuel, écrire ce livre était pour moi l’occasion de revenir sur chacune des dimensions qui m’ont personnellement poussé à m’engager et à être constant sur la durée.»
Un livre où il n’hésite pas à rappeler son amour inconditionnel pour l’Algérie, son pays, et son attachement à l’héritage intellectuel de Abdelhamid Ibn Badis.
Un livre gratuit
pour les Africains
Assez rare pour être souligné, Badis Diab a souhaité que «Agir pour exister» soit distribué gratuitement sous format numérique pour toute personne résidente sur le continent africain. Si le livre est facilement accessible en France, au Canada et aux Etats-Unis, Badis Diab est conscient de la difficulté logistique et financière pour de nombreux Africains d’accéder à cet ouvrage qui, de plus, sera très demandé en Afrique.
Pour cela, il invite tous les Africains souhaitant lire son ouvrage à le contacter directement sur les réseaux sociaux pour bénéficier du livre.
A ce propos, Badis Diab indique : «Je n’ai pas écrit ce livre pour gagner de l’argent. Cela fait bien longtemps que la course aux richesses ne m’intéresse plus. Mon but est de partager mon expérience et d’apporter mon analyse sur des sujets essentiels de la dimension humanitaire, mais tout cela est avant tout du partage. C’était logique pour moi de l’offrir gratuitement à toute personne résidente sur le continent africain.»
Une sortie évènement qui fait de «Agir pour exister» et de son auteur, Badis Diab, l’attraction littéraire de la rentrée 2020.<