Devant la récurrence des malaises que la secrétaire générale du Parti des travailleurs (PT) connait depuis plusieurs mois, le secrétariat permanent du bureau politique du parti lance une alerte sur son état de santé qui ne cesse de se dégrader. Suite à quoi, il déclare «interpeller les plus hautes autorités de l’Etat sur la nécessité absolue de sa libération immédiate et inconditionnelle». Dans un communiqué rendu public, hier, le PT a tenu à «alerter l’opinion publique sur la situation préoccupante de sa secrétaire générale, Louisa Hanoune, qui entame son neuvième mois de prison». Une situation qui semble durer depuis plusieurs semaines, selon le parti, car «des membres de sa famille et ses avocats signalent, à chaque visite, que son état de santé ne cesse de se dégrader». «La direction nationale du parti, en accord avec la secrétaire générale, s’est abstenue d’en parler, mais devant la persistance et la récurrence des malaises qu’elle connait depuis plusieurs semaines, le PT exprime ses vives inquiétudes et tient pour responsables les pouvoirs publics de cette situation et de toute conséquence ou évolution fâcheuses de son état de santé», peut-on lire dans le communiqué du parti. Notant qu’en ce moment charnière de la vie politique, la place de Louisa Hanoune est à la tête de son parti et au sein de son peuple, le PT renouvelle son «appel express pour sa libération pure et simple et l’abandon de toute poursuite contre elle» car, estime-t-il, «elle est victime de la criminalisation de l’action politique».
Le PT rappelle que sa secrétaire générale a été «condamnée par un tribunal militaire en première instance à 15 ans de prison ferme lors d’un procès politique expéditif non public».n