Une convention de partenariat a été signée, jeudi 17 septembre, entre le Centre algérien de la cinématographie (CAC) et l’Ecole nationale supérieure de journalisme et des sciences de l’information (ENSJSI), avec pour objectif la mise en œuvre «des collaborations académiques et professionnelles dans des domaines d’intérêt commun, en vue de tisser et consolider des rapports d’échanges et de coopération entre l’ENSJSI et le CAC», souligne un communiqué de la Cinémathèque algérienne parvenu à la rédaction.
A propos de la signature de cette convention, le Directeur du CAC, Salim Aggar, nous confie que «c’est une bonne initiative, nous sommes très contents d’avoir signé cette convention qui permet d’accompagner les étudiants en journalisme». Il rappelle que cette convention devait être signée au mois de février dernier, mais a été suspendue suite aux mesures de confinement en prévention de la pandémie de la Covid-19.
Salim Aggar ajoute que cette convention permettra de découvrir de futurs critiques de cinéma et des journalistes spécialisés dans le septième art. Il a précisé aussi que la Cinémathèque met à la disposition des étudiants qui veulent approfondir leur connaissance dans le domaine cinématographique, le Centre de documentation du Debussy qui englobe une importante collection de livres, photos et affiches de cinéma.
Pour sa part, le Pr. Abdesslam Benzaoui, Directeur de l’ENSJSI, s’est félicité de cette coopération qui apportera «un plus aux étudiants de l’école de journalisme et qui contribuera à agrandir leur connaissance dans le domaine cinématographique et audiovisuel».
Il est précisée à propos de ce partenariat entre les deux institutions que cette collaboration s’établira sur une base de réciprocité et d’avantages mutuels dans les formes suivantes : accompagner les stages pratiques des étudiants de l’ENSJSI, assurer des sessions de formation dans le domaine cinématographique, participer à des manifestations scientifiques-colloques, tables rondes, initier des programmes de recherche appliquée sur des thématiques, éditer une revue semestrielle et si besoin, en version papier, et mettre en ligne des conférences et les activités sur les chaînes youtube des deux institutions.
Concernant les prochaines actions du CAC, Salim Aggar nous annonce que «nous sommes également en train de préparer une convention de partenariat avec l’Institut supérieur des métiers et arts du spectacle et audiovisuel (ISMAS), «un partenaire du secteur culturel qui forme des étudiants en audiovisuel et cinéma», souligne-t-il, ajoutant qu’«il y a aussi d’autres écoles supérieures et universités qui souhaitent avoir des partenariats avec la Cinémathèque. Nous sommes ouverts à toute proposition ou initiative qui peut apporter une plus-value à la promotion du septième art dans notre pays». Par ailleurs, le Directeur du CAC, nous déclare qu’en attendant la réouverture des salles de projections, en tant que Musée du cinéma, la Cinémathèque algérienne va organiser, ces prochains jours, une exposition des candidats sélectionnés suite au concours d’affiches de cinéma qui a été organisée durant la période du confinement. Il précise à ce sujet que «la mission de la Cinémathèque ne se limite pas seulement à la projection de films, sa mission principale est la promotion du septième art. Cette promotion passe aussi par l’organisation d’expositions et de conférences qui peuvent être maintenant organisées dans le respect des gestes barrières à l’instar du port du masque et de la distanciation physique».
Avec cette optique, le Directeur de la Cinémathèque algérienne nous annonce également la préparation de la relance de l’exposition sur le grand réalisateur italien Federico Fellini avec les affiches et les photos disponibles au niveau des archives de la Cinémathèque. n