Hugo Broos (sélectionneur du Cameroun)
« Je pense que j’ai vu une équipe du Cameroun qui a bien joué et qui a des qualités. Je pense que le Cameroun est prêt. On va avoir besoin de ce niveau pour se qualifier pour les quarts de finale. On a dominé l’adversaire, on s’est créé des occasions. La seule chose dont on a besoin, c’est quelqu’un qui les met dedans. Et encore une fois si on ne sait pas marquer avec des occasions pareilles, c’est difficile de gagner des matches. J’ai sorti les deux joueurs de flanc (Njie et Bassogog) parce qu’ils étaient fatigués. Salli, le remplaçant, n’a pas donné ce que j’attendais de lui dans les dernières 20 minutes ».

Paulo Duarte (sélectionneur du Burkina Faso)
« Le Cameroun nous a surpris avec son 4-3-3 alors que nous nous attendions à un 4-4-2. Dommage que ma stratégie en première mi-temps n’ait pas fonctionné. Mes attaquants n’ont pas bien compris la stratégie que je voulais. On n’a pas contrôlé la première période. On a corrigé à la mi-temps. Nous sommes aussi une équipe en phase de rénovation. On peut jouer mieux. Je pense que l’on sera mieux dans quatre jours ».

La CAF s’excuse pour l’absence d’hymnes avant Burkina Faso-Cameroun
La Confédération africaine de football (CAF) a présenté ses excuses pour «l’incident technique» ayant empêché de diffuser les hymnes nationaux avant le match entre le Burkina Faso et le Cameroun (1-1), samedi soir à Libreville lors de la première journée de la CAN Gabon-2017. «Un incident technique dû à une défaillance du système de sonorisation a perturbé le coup d’envoi de la rencontre Burkina Faso-Cameroun», a expliqué la CAF dans un communiqué. La CAF et le Comité local d’organisation «présentent leurs excuses aux équipes, officiels, supporters et téléspectateurs», a-t-elle ajouté. Sans son, les hymnes s’étaient fait a cappella. Cette rencontre était la deuxième de la compétition, après le match d’ouverture entre le Gabon et la Guinée-Bissau (1-1), dans le même stade, pour lequel les hymnes avaient été exécutés sans problème.