Les convocations de Lionel Messi et de Leandro Paredes avec l’Argentine agacent le PSG et Leonardo. Dans Le Parisien dimanche dernier, le directeur sportif brésilien a encore avoué sa colère de voir partir ses deux protégés qui sont blessés. Une sortie qui fait réagir en Argentine, où la presse fustige son attitude.
Le départ de Lionel Messi et aussi celui de Leandro Paredes pour l’Argentine provoquent quelques remous à Paris et de l’autre côté de l’Atlantique. Les deux joueurs du PSG ont été convoqués pour les deux prochains matches des éliminatoires du Mondial 2022 au Qatar, contre l’Uruguay (12 novembre) et au Brésil (16 novembre). Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ça a agacé Leonardo, le directeur sportif parisien.

«CE N’EST PAS LOGIQUE»
«Nous ne sommes pas d’accord pour laisser partir en sélection un joueur qui, pour nous, n’est pas en condition physique ou qui se trouve en phase de réhabilitation. Ce n’est pas logique, et ce type de situations mérite qu’on définisse un véritable règlement avec la Fifa», s’est emporté le Brésilien dans Le Parisien. La raison de son courroux ? Messi et Paredes n’ont pas joué les derniers matches avec Paris car ils sont blessés.
Messi souffre de douleurs au genou et d’une gêne aux ischio-jambiers. Des pépins qui ont empêché le septuple Ballon d’Or de jouer face à Leipzig (2-2) en Ligue des champions ou encore contre Bordeaux (2-3) samedi soir. Mais si la situation de l’ancien Barcelonais agace le board du leader de la L1, celle de Leandro Paredes l’irrite peut-être encore plus. Touché aux quadriceps depuis la dernière trêve internationale, le milieu n’a plus disputé le moindre match avec Paris depuis le 25 septembre. Avec seulement 150 minutes de temps de jeu cette saison en club, il a plus joué avec l’Albiceleste depuis le coup d’envoi de cet exercice. Et aux yeux du staff parisien, il a encore besoin d’une bonne semaine de travail pour se remettre selon le Parisien.

UN CHARGE A l’ENDROIT DE LEONARDO
Agacé par le règlement de la FIFA qui force les clubs à libérer leurs joueurs pendant les fenêtres dévolues aux sélections et peut les contraindre à effectuer un long voyage juste pour constater leurs blessures, Leonardo, qui avait déjà soulevé ce souci il y a quelques semaines au sujet des aller-retours de Messi, monte donc encore au créneau espérant faire évoluer les règles de l’instance internationale. Un combat sûrement perdu d’avance. Mais en attendant, l’Argentine s’en émeut. La presse notamment.
«Leonardo est responsable de l’effectif doté du plus gros portefeuille de la planète, et il se plaint que les Argentins peuvent plus profiter du ‘supercrack’ que les Parisiens», écrit le quotidien Olé, qui rappelle que cette règle a été imposée par la FIFA pour éviter justement de voir certains clubs mettre leurs joueurs sur la liste des blessés pour ne pas les voir se rendre en sélection. Et le journal sportif argentin se permet même une autre petite pique à Leonardo : «Il cherche des raisons pour justifier pourquoi son équipe de galactiques ne détruit pas tout sur son passage». Leonardo appréciera… n