Kylian Mbappé, après avoir fait part de sa frustration liée à son positionnement au Paris Saint-Germain, a agité toute la planète football avec un possible départ dès janvier. Une situation qui a fait réagir l’ancien international français Thierry Henry (123 sélections) qui a tenu à recadrer le Parisien lors d’une émission sur CBS.
C’est devenu le sujet incontournable de la semaine, le positionnement de Kylian Mbappé. Après le #pivotgang publié sur l’instagram de l’attaquant du PSG, son positionnement serait même au cœur d’un potentiel départ dès janvier. Ce qui a fait réagir Thierry Henry au micro d’une émission diffusée sur CBS, visiblement pas d’accord avec les irritations de Mbappé. «Il n’aime pas, c’est tout. Personne n’aime jouer à une place où il n’est pas bon. Mais il y a quelque chose de plus important, c’est le club. Mais est-ce qu’ils lui ont fait sentir que le club était la chose importante ? Ou lui ont-ils fait sentir qu’il était plus important que le club», s’interroge l’ancien international français.

« Je ne sais pas ce qu’on lui promet »
Interrogé sur les aspects sportifs et extra-sportifs qui entourent la superstar de 23 ans et ses relations avec l’équipe dirigeante, Henry en a profité pour rajouter une couche. «Aujourd’hui, je ne sais pas ce qu’on lui promet et je ne veux pas spéculer mais juger ce que je vois. Ce que je vois c’est que Mbappé est polyvalent. On ne va pas demander à Haaland de jouer à gauche mais Mbappé est polyvalent, même dans des positions où il ne va pas exceller. Mais le plus important c’est l’équipe. Est-ce que c’est la chose à faire pour que mon équipe soit meilleure ? C’est ça le principal», a-t-il poursuivi.
Thierry Henry était d’autant mieux parler de ce sujet de positionnement puisqu’il y a été confronté au cours de sa riche carrière. «Je n’aimais pas joué sur le côté à Barcelone, je détestais même, a-t-il retracé. Mais je devais le faire pour l’équipe […] et je n’ai entendu personne dire «Oh mais quel joli geste» d’aller jouer à gauche pour des joueurs qui avaient moins de sélections et de buts que moi. Tout ça pour dire qu’il n’y a qu’une seule règle : si le coach te demande de faire quelque chose, tu le fais pour le bien de l’équipe et l’équipe gagne. Si l’équipe perdait, je comprendrais les arguments».