Invité lors d’un événement Red Bull, Neymar s’est confié sur l’arrivée de Lionel Messi au PSG. Selon le Brésilien, le fait de retrouver son ex-compère barcelonais lui a rendu la vie « plus légère et tranquille ». Par ailleurs, l’ailier de 29 ans a eu des propos très élogieux pour Marco Verratti, qu’il met à la même place que Xavi et Andrés Iniesta.
Quatre ans après son arrivée au PSG, Neymar a retrouvé Lionel Messi cet été. Même si au niveau de ses statistiques personnelles, la venue de son ex-compère barcelonais n’a pas eu d’incidence visible pour l’instant (ndlr : 1 but et 2 passes décisives toutes compétitions confondues), elle semblerait avoir apaisé le Brésilien. C’est en tout cas ce qu’il a affirmé mardi dans un entretien accordé à Red Bull, dans le cadre d’un événement organisé par la marque autrichienne.
Le génie de Verratti
« Je suis très heureux et très satisfait que Lionel Messi soit au PSG. Pas seulement parce que c’est une idole sur le plan footballistique, un top joueur, un génie, mais parce que c’est mon ami, a d’abord déclaré l’ailier brésilien de 29 ans. Quand vous avez vos amis à vos côtés, votre vie est plus légère et tranquille. Nous espérons écrire l’histoire ensemble comme lorsque nous portions le maillot du FC Barcelone. »
Neymar est également revenu sur les joueurs qui l’ont marqué depuis son arrivée en Ligue 1 en 2017. « Je dirais Kylian Mbappé et Marco Verratti. Kylian est vraiment rapide, jeune, un excellent joueur. Quant à Marco, je savais qu’il était bon, mais je ne me pensais pas que c’était un génie à ce point. Aujourd’hui, je peux dire que c’est l’un des meilleurs milieux de terrain avec lequel j’ai joués, au même titre que Xavi et Andrés Iniesta », a-t-il ajouté.
Par ailleurs, le Parisien s’est exprimé sur la polémique née de son interview accordée à DAZN au début du mois, où il a affirmé que la prochaine Coupe du monde serait peut-être sa dernière. « Les gens n’ont pas complétement bien compris ce que j’ai affirmé, a-t-il conclu. Je voulais dire que je regardais le Mondial comme s’il pouvait être le dernier. Pourquoi ? Parce qu’on ne sait jamais ce que nous réserve le futur. »