Avis de tempête au PSG. Cela transpirait des pores du PSG. C’est désormais officialisé devant les micros. En l’espace de 48 heures, Leonardo et Thomas Tuchel ont affiché leurs divergences en place publique. Avec un sujet central : la gestion du mercato parisien, jugée très durement par l’entraîneur allemand jeudi en conférence de presse.
« Si ça reste comme ça, on ne peut pas parler des mêmes objectifs. Peut-être qu’on peut y arriver mais on ne peut pas demander les mêmes choses à une équipe réduite parce qu’on doit se battre avec Manchester City, avec Liverpool, avec l’Atlético, avec l’Inter, qui ont été très forts sur le mercato », avait-il déploré, avant d’évoquer à nouveau le cas de Thiago Silva et Edinson Cavani, partis en fin de contrat.

« Si quelqu’un n’est pas content… »
Vendredi soir, la réponse n’a pas tardé à venir et elle fut cinglante. Devant les micros et les caméras, après la victoire face à Angers (6-1), Leonardo est venu mettre les points sur les i : « On cherche des possibilités, a-t-il expliqué en référence aux derniers jours du mercato qui s’ouvrent. On n’a pas aimé la déclaration de Tuchel. Le club n’a pas aimé, moi je n’ai pas aimé personnellement. Je pense qu’il faut comprendre le moment qu’on vit tous. Il y a vraiment des situations très graves. Ne pas comprendre cette situation… on n’a pas aimé. Après on va voir en interne comment on fait ».
« Mais le club a toujours été clair. Si quelqu’un n’est pas content, c’est facile on parle et il n’y a aucun souci. Mais s’il décide de rester, il doit respecter la politique sportive, les règles internes et le moment dans lequel se trouve le club », a poursuivi le boss parisien, très clair dans ses propos mais aussi dans ses sous-entendus. Pour Tuchel, la mise en garde est réelle. Pas choisi par Leonardo à l’époque, l’Allemand rentre dans la dernière année de son contrat. Et visiblement, il n’est pas parti pour gratter une prolongation de sitôt.