En marge du match du PSG à Metz, le directeur sportif du club parisien Leonardo s’est exprimé au micro de Canal +. Le Brésilien a notamment a botté en touche au sujet de l’avenir de Kylian Mbappé, qui n’a toujours pas prolongé avec le club de la capitale, et surtout salué la décision de son président Nasser al-Khelaïfi de ne pas participer à la Super Ligue.
Ses prises de parole sont rares, mais jamais le fruit du hasard. Le directeur sportif du PSG Leonardo s’est exprimé pour Canal + avant le match des Parisiens à Metz, capital dans la course au titre. Comme souvent, le Brésilien a fait le tour des sujets d’actualité.
Interrogé sur l’intérêt du Real Madrid pour Kylian Mbappé, et plus généralement sur l’avenir de l’attaquant français avec le club de la capitale, «Leo» a préféré botter en touche. « On ne pense pas à ça aujourd’hui, a esquivé le directeur sportif. On pense aux cinq matches qui restent jusqu’à la fin en Ligue 1, aux trois matches (on l’espère) en Ligue des champions, et aux deux en Coupe de France. »

LEONARDO PAS INQUIÉTÉ PAR LES « DISTRACTIONS EXTERNES » DE MADRID
En réponse aux déclarations de Florentino Pérez, le président de club madrilène, qui a déclaré la veille qu’aucun «drame» ne serait vécu si Mbappé ne venait pas à Madrid, le Brésilien a préféré prendre de la hauteur.»On ne va pas rentrer là-dedans. Je pense que c’était une belle opportunité pour tout le monde de voir qui est qui et qui fait quoi. Notre objectif à nous, c’est le terrain. On a une équipe solide, très compétitive, avec des valeurs très fortes, et ce ne sont pas les distractions externes qui vont nous faire oublier ça». Au moins, le message est passé.
Le Brésilien a surtout affiché sa fierté et celle de tout le club quant au refus de son président Nasser al-Khelaïfi de s’engager dans le projet de Super Ligue, avorté cette semaine. « Je pense qu’on est très très fiers de Nasser (Al-Khelaïfi), a lancé l’ancien milieu de terrain. On connaît le travail qu’il fournit depuis longtemps, et dans ce moment-là, il a eu une position de leadership très importante par rapport à cette décision. Je pense qu’il a suivi ses valeurs, et les valeurs du club, et ça nous rend très fier, parce qu’en plus il en sort président de l’ECA. Ca montre la reconnaissance de la personne qu’il est, une personne avec qui collaborer pas seulement maintenant, mais aussi pour le futur ».
Il a également tenu à donner son avis sur le projet en général, adressant une réprimande aux clubs «fondateurs» de cette compétition : « Le football est dans un moment délicat, où on cherche des solutions. Tout le monde est en difficulté, y compris le Paris-Saint-Germain, mais ce n’est pas un motif pour sortir de la ligne. »