Neymar s’est exprimé pour la première fois après avoir donné la victoire au PSG face à Strasbourg dimanche. Hué, sifflé et même insulté par une partie de son propre public, le Brésilien a reconnu qu’il «comprenait» l’attitude de la frange dure des supporters parisiens. Pour lui, la page est tournée. Il a fini par parler. Après un après-midi rocambolesque, Neymar s’est enfin exprimé. Il avait forcément quelque chose à dire. Pour son grand retour, le Brésilien n’a pas été ménagé par les ultras parisiens. Bronca, sifflets, banderoles insultantes… Tout y est passé. Mais au bout d’un match des plus ternes, la lumière est bien venue du Brésilien. D’un retourné acrobatique dans le temps additionnel, il a sauvé un PSG insipide d’un nul face à Strasbourg (1-0). Sa réponse, il l’a d’abord donnée sur le terrain. Avant de passer devant les micros pour livrer son ressenti. Neymar a tourné la page. Il a passé son été à tenter de trouver un moyen pour fuir le PSG et retourner au FC Barcelone. Il a eu des déclarations particulièrement maladroites dans ce contexte en affirmant que son meilleur souvenir de footballeur était la «remontada» du Barça face à Paris, son club actuel. Il s’est mis une bonne partie des supporters parisiens à dos. C’était criant face à Strasbourg, même s’il a aussi été ovationné par une partie du public.

«Je vais jouer tous mes matches à l’extérieur»
Le Brésilien sait ce qu’il a fait. Il l’assume. Et il sait aussi qu’il n’a pas fini de devoir l’assumer. «Je sais que maintenant je vais jouer tous mes matches à l’extérieur, a-t-il lâché devant les télés brésiliennes au Parc des Princes. C’est dommage. Je n’ai aucun souci avec les supporters. Tout le monde sait que je voulais partir. Je l’ai bien dit et répété. Maintenant je suis un joueur du PSG. La page est tournée.» Neymar s’est certainement fermé définitivement le chemin qui mène au cœur d’une partie des supporters parisiens. Mais il a retrouvé celui du terrain.
Et c’est bien tout ce qui compte pour lui. Face à Strasbourg, il a manqué de rythme. Mais il était déjà l’élément le plus influent de l’attaque parisienne. Avant d’être décisif. C’est bien ce qu’il sait faire de mieux au PSG… quand il n’est pas blessé. Face à Strasbourg, il a signé son 35e but en L1 en seulement 38 matches. Même sifflé, il est toujours indispensable. Son retour est bien tombé pour le PSG. Car derrière cet après-midi où tous les yeux étaient braqués sur lui, il y a eu une prestation franchement inquiétante de la formation de Thomas Tuchel. Une équipe brouillonne et particulièrement peu inspirée en attaque. Elle n’a rien montré de rassurant avant le choc face au Real Madrid en Ligue des champions au Parc des Princes. Auquel Neymar, suspendu, ne pourra pas participer. Il ne sera pas sifflé. Mais il pourrait bien manquer au PSG.