L’invitée d’honneur, la Chine, a présenté, de son côté, un bilan satisfaisant à l’occasion de sa participation au Sila 2018, annonçant une coopération éditoriale entre les deux pays. Li Yue, représentante du stand chinois, nous a fait savoir, lors de la dernière journée du Sila que «nous avons reçu énormément de monde, curieux de découvrir notre culture à travers les 7 000 livres que nous avons présentés». 

Les lecteurs algériens, qui ont ces douze derniers jours dévalisé les étagères de ce dernier, s’intéressent plus, selon l’oratrice aux livres chinois écrits en arabe et en français».  Ajoutant que «les plus populaires sont ceux qui relatent notre culture, nos tenues vestimentaires, notre gastronomie et aussi les caractères chinois. On nous demande également si nous avons des cours de chinois en Algérie car ils veulent visiter la Chine. Nous sommes vraiment éblouis par cet intérêt ». La Chine a également invité 160 personnalités chinoises. «Nous avons cette année invité les plumes chinoises les plus réputées, ainsi que le prix Nobel Mo Yan qui ont fait leur effet. Dans notre conception du programme littéraire et culturel de ce 23e Sila, nous avons pris d’abord en considération l’intérêt du public algérien. D’ailleurs, ils sont venus en masse demander les œuvres de ces derniers afin de se rapprocher de la Chine moderne et du parcours de ses écrivains », a-t-elle dit. Hormis la littérature, le stand a aussi exposé quelques objets artisanaux. «Le livre et l’industrie de l’édition ne représentent qu’une infime partie de notre culture, nous avons proposé aux Algériens notre artisanat pour  partager avec eux une plus ample connaissance de  notre pays. Nous avons vendu quelques copies de peinture chinoise, qui représente les conditions actuelles de la technologie et du développement de l’imprimerie en Chine. Auparavant nous n’avions pas les moyens d’imprimer sur le papier traditionnel chinois car il est très fragile et très fin. Aujourd’hui, la donne a changé, nous avons ramené quelques exemples de notre calligraphie, poèmes et peintures qui sont une partie très précieuse de notre culture», a-t-elle précisé. Le Sila est, selon Li Yue, l’événement le plus important en Afrique et dans le monde arabe, en annonçant que
« la Chine a été le premier invité d’honneur asiatique. A cette occasion, nos maisons d’édition ont signé des conventions avec des éditeurs algériens. Nous espérons élargir encore plus cette précieuse relation». «L’un des moments forts de cette édition est la visite de 17 élèves d’une école primaire qui ont visité avec leur enseignante notre stand. Ils nous ont offert des cadeaux en guise d’amitié pour nos pays respectifs. Nous leur avons relaté l’histoire de la Chine qu’ils ont beaucoup aimée », a-t-elle affirmé.