L’Organisation internationale des pays exportateurs de pétrole (Opep) a décidé de fermer à la presse sa réunion prévue jeudi et vendredi à Vienne par mesure de prévention contre le Covid-19, a-t-elle annoncé dans un communiqué.
«Cette mesure est devenue nécessaire en raison du risque de santé publique que fait courir la présence d’un tel nombre de personnes dans un seul endroit», est-il écrit dans ce communiqué.
L’Opep va également limiter «au strict minimum» le nombre des délégués autorisés à pénétrer dans les locaux de son siège en Autriche.
L’Organisation pétrolière et ses partenaires via l’accord Opep+ se retrouvent pour décider des mesures appropriées à adopter afin d’enrayer la chute des cours du brut à l’oeuvre depuis le début de l’année. La rencontre réunit, outre les délégations ministérielles et techniques d’une vingtaine de pays, de nombreux journalistes et analystes venus du monde entier.
L’Opep précise suivre les recommandations sanitaires émises par le ministère autrichien des Affaires étrangères et le secrétariat général des Nation-Unies.
De nombreuses réunions internationales ont été annulées ces derniers jours.
Les prévisions des observateurs du marché sur le volume des coupes supplémentaires de la production de brut de l’Opep et de ses alliés évoquent 600.000, 750.000 voire un million de barils par jour. Les deux cours de référence, le Brent pour l’Europe et le WTI pour les Etats-Unis sont tombés brièvement dans la nuit de dimanche à lundi au plus bas depuis plus d’un an, respectivement sous 50 et 45 dollars le baril.
Chaque ralentissement de la croissance mondiale pénalise la demande en brut. Or, l’OCDE a ramené lundi sa prévision planétaire pour 2020 de 2,9% à 2,4%.
L’Agence internationale de l’énergie a révisé en baisse ses attentes concernant la croissance de la demande de brut pour 2020, attendue désormais à 825.000 barils par jour, au plus bas depuis 2011, sous l’effet des conséquences «significatives» du coronavirus.<