L’instance nationale de médiation et de dialogue procédera aujourd’hui, au niveau de son siège à Alger-Centre, à l’installation du comité des sages. Ce comité prendra désormais l’appellation officielle de conseil consultatif et sera composé très vraisemblablement de 42 membres, dont des anciens ministres, des hommes de loi, ainsi que des personnes connues dans le monde du sport, du cinéma et du théâtre.

Parmi les personnes qui constituent la composante du comité des sages, on peut citer Mohamed Abbad, Mohamed Louber, Aziz Derouaz, Mouldi Aïssaoui, Kamel Bouchama, Rachid Lerari, Djellouli Noureddine, Messaoud Djebari, Rachid Djenine, Ferhati Abderrahmane, Slimane Benaïssa, Saïd Hilmi, Ayadi Abderrahmane et Saïd Mokadem.
Le conseil consultatif bénéficie d’une attention particulière au sein du panel que coordonne Karim Younès, en raison du «rôle important qu’il sera appelé à jouer dans la réussite de la mission de médiation et de dialogue» pour sortir de la crise politique que vit le pays depuis six mois, a déclaré à Reporters une source proche du panel. C’est pourquoi les personnes constituant ledit conseil sont issues de divers horizons et exercent dans plusieurs domaines d’activité.
Le comité des sages est constitué de «personnalités dont le profil a été choisi en prenant en considération les critères que sont la crédibilité et l’honnêteté en premier lieu, de façon à ce qu’ils puissent répondre au paramètre de confiance dont ont tant besoin les citoyens et, par conséquent, à obtenir le consensus quant à la composante. Elles sont susceptibles d’être acceptées par le Hirak». C’est dire que l’instance de médiation compte énormément sur le conseil consultatif pour mener à bien sa mission. Et c’est, d’ailleurs, la raison qui l’a poussée à ne pas révéler les noms de cette commission au fur et à mesure qu’elle la constituait. «Nous ne pouvons pas communiquer les noms. Tous les Algériens sauront de qui il s’agit en temps voulu», avait déclaré un membre du panel récemment. Ainsi, l’identité des personnalités qui constituent le conseil consultatif a été entourée de la plus grande discrétion, le panel ayant gardé la liste secrète pour des raisons qu’il avait estimées objectives. «Après avoir mis au point la liste des personnalités composant le comité des sages, l’instance de dialogue a préféré garder discrète leur identité (…) pour que ces personnalités ne commencent pas à subir des pressions avant même d’avoir été installées, comme cela s’est passé avec d’autres», avait-on expliqué à Reporters. Pour rappel, le comité des sages est qualifié par le membre du panel Ammar Belhimer d’«instance morale du panel». Il a été créé «pour conforter la mission du panel avec des visions, des conseils et orientations de par sa composante qui symbolise une rupture totale avec le système» décrié. Ce sera «un comité national de conciliation réunissant des profils de gens crédibles, rassembleurs, ayant de l’expertise pour aider l’instance à avancer convenablement sur une large étendue sociopolitique et économique», a-t-il ajouté, soulignant que «la représentativité dudit comité assure une plus grande crédibilité à la mission de médiation pour une plus profonde adhésion».

visite de courtoisie à Ali-Yahia Abdenour
On apprend, par ailleurs, que la journée d’aujourd’hui verra le déplacement des membres du panel chez l’avocat et militant des droits de l’Homme Ali-Yahia Abdenour. Karim Younès et son équipe lui rendront une visite de courtoisie, à titre consultatif et par respect pour sa personne, sans aucune idée ou intention de l’enrôler dans la mission du panel.
Sur un autre chapitre, celui des consultations avec les composantes de la société civile, les membres du panel se sont entretenus, jeudi à Alger, avec une délégation de l’Union générale estudiantine libre (Ugel).
«Dans le cadre de la poursuite de la série de rencontres avec des acteurs politiques et la société civile, l’instance nationale de médiation et de dialogue, sous la présidence de son coordonnateur général, Karim Younès, a rencontré une délégation de l’Ugel, conduite par son secrétaire général, Salah Eddine Douadji, qui a mis en avant la position ferme de l’Union à l’égard de l’utilité du dialogue», selon un communiqué du panel.
Celui-ci a ajouté qu’«à cette occasion, l’organisation estudiantine a mis l’accent sur la nécessaire accélération des rounds de dialogue avec les différents acteurs du Hirak et les partenaires politiques, en associant les jeunes à la vie politique».
D’autres rendez-vous seront programmés avec d’autres organisations estudiantines, ainsi qu’avec des partis politiques et des représentants de la société civile. Le calendrier du programme des rencontres de la semaine devra être finalisé et diffusé aujourd’hui après-midi.n