La pandémie de Covid-19 a entraîné la perte de 10 millions de postes d’emploi dans les industries créatives en 2020 à travers le monde, selon un nouveau rapport de l’Organisation de l’ONU pour l’éducation, la science et la culture (Unesco). C’est un «effondrement sans précédent» des revenus et de l’emploi dans le secteur culturel, relève le document de l’Unesco, intitulé «Repenser les politiques en faveur de la créativité» et publié sur son site Internet. Le rapport estime que la valeur ajoutée brute mondiale dans les industries culturelles et créatives a reculé de 750 milliards de dollars en 2020, première année de la pandémie, et que leurs revenus ont diminué de 20 à 40 % dans les pays où les statistiques sont disponibles. D’autre part, l’étude a constaté une baisse au cours des années qui ont précédé la pandémie une «baisse» des dépenses publiques mondiales consacrées aux industries créatives, ce qui a conduit à un «effondrement sans précédent» des revenus et de l’emploi dans ce secteur, amplifiant les conditions de travail déjà précaires de nombreux artistes et professionnels de la culture à travers le monde. La couverture sociale des artistes, déjà insuffisante dans beaucoup de pays, s’est détériorée davantage à cause de la pandémie qui a véritablement révélé la vulnérabilité des travailleurs dans les secteurs culturels et créatifs, selon le document. Paradoxalement, la consommation mondiale de contenus culturels des individus et leur dépendance à leur égard ont, augmenté, alors que, dans le même temps, ceux qui produisent les arts et la culture ont de plus en plus de mal à travailler, détaille l’étude. Le secteur culturel qui représente 3,1 % du Produit intérieur brut (PIB) mondial et 6,2 % des emplois dans le monde, a vu diminuer sa capacité à «stimuler une croissance économique» durable dans les pays en développement, durant cette pandémie. Pour faire face aux défis de la crise mondiale, l’Unesco appelle les gouvernements à «assurer aux artistes et aux professionnels de la culture une protection économique et sociale» similaire à celle dont bénéficient déjà les personnes travaillant dans de nombreux autres secteurs. L’agence spécialisée de l’ONU propose, entre autres mesures, d’envisager l’instauration d’un salaire minimum dans l’emploi culturel, ainsi que de meilleurs régimes de retraite et d’indemnités de maladie pour les travailleurs indépendants. L’Unesco préconise également de concevoir des systèmes de rémunération plus équitables pour les artistes dont le contenu consommé est en ligne, notant que les revenus numériques «ne compensent» pas la forte baisse de revenus causée par l’absence d’événements en direct. <