Les Palestiniens n’accepteront aucune résolution au conflit palestino-israélien si El-Qods occupée n’est pas considérée comme la capitale de la Palestine, a indiqué mardi la présidence palestinienne.
« Toute tentative de contournement de l’Initiative de paix arabe et des résolutions internationales légitimes en proposant des idées vagues ou des slogans est vouée à l’échec », a déclaré le porte-parole du président

palestinien Mahmoud Abbas, Nabil Abu Rudeinah, dans un communiqué publié par l’agence de presse officielle palestinienne WAFA.
« Les Palestiniens ne renonceront pas à l’établissement d’un Etat palestinien indépendant avec El Qods-Est comme capitale, dans les frontières de 1967, et veulent une solution juste pour le problème des réfugiés », a poursuivi le responsable. « El Qods occupée sera la clef pour la paix, la sécurité et la stabilité de la région et du monde », a assuré le porte-parole palestinien.
Le communiqué a été publié alors que les médias parlent de l’« accord du siècle » qui sera présenté par le président américain Donald Trump pour mettre fin au conflit palestino-israélien, sans même avoir obtenu l’approbation de l’Autorité palestinienne.
Les liens entre la Palestine et les Etats-Unis sont tendus depuis décembre dernier, quand M. Trump a considéré El-Qods comme étant la capitale d’Israël et a ordonné le transfert de l’ambassade américaine à la ville sainte. Le 20 février, devant le Conseil de Sécurité de l’ONU,
M. Mahmoud Abbas avait proposé d’organiser une conférence de paix internationale au premier semestre 2018 pour négocier le statut final en se basant sur la solution à deux Etats et les résolutions internationales.