Des ténors des deux principaux partis politiques palestiniens, le Fatah et le Hamas, se retrouvent à partir de mardi au Caire pour de nouveaux pourparlers à l’approche d’une échéance clé pour la tenue des premières élections palestiniennes en près de 15 ans. Les Palestiniens doivent voter fin juillet pour une présidentielle et dès le mois de mai pour les élections parlementaires. Les formations palestiniennes doivent soumettre le 20 mars leurs listes de candidats pour renouveler le Parlement avec en coulisses d’intenses pourparlers sur les listes électorales. Le mois dernier, les partis palestiniens s’étaient engagés en Egypte à mettre sur pied un Tribunal électoral indépendant afin de trancher de possibles griefs, et de respecter les résultats des élections afin d’éviter un scénario rappelant les législatives de 2006. Les laïcs du Fatah et les islamistes du Hamas s’étaient alors affrontés après des différends sur les résultats des élections menant ainsi à une partition du pouvoir entre la Cisjordanie, où siège l’Autorité palestinienne contrôlée par le Fatah, et la bande de Gaza, sous contrôle du Hamas. «Au Caire, nous allons parler des points clés liés aux élections», a déclaré lundi Khalil al-Hayya, N.2 du bureau politique du Hamas dans la bande de Gaza. «Après les élections législatives, nous voulons former un gouvernement d’unité nationale, peu importe les résultats. Et nous préférons qu’il y ait un consensus sur un seul candidat national pour la présidentielle», a-t-il ajouté. A Ramallah, en Cisjordanie occupée, le porte-parole du président palestinien a rappelé lundi que Mahmoud Abbas n’avait pas l’intention de faire marche arrière sur les élections malgré des tensions au sein de son parti, le Fatah. La semaine dernière, la formation avait expulsé Nasser al-Kidwa, neveu du leader historique Yasser Arafat et ancien chef de la diplomatie palestinienne, qui remettait en cause le leadership de Mahmoud Abbas. Des proches de Marwane Barghouthi, personnalité politique palestinienne la plus populaire écrouée depuis près de 20 ans en Israël pour des violences, ont indiqué récemment à l’AFP que ce dernier pourrait soutenir une autre liste que celle du Fatah, et être candidat à la présidence face à Mahmoud Abbas. «Nous n’avons jamais caché notre envie de travailler avec Marwan Barghouthi. S’il est candidat à la présidence, je m’engage à ne pas l’être et à le soutenir, et s’il veut être sur ma liste il est libre», a déclaré lundi M. al-Kidwa.