La police sioniste a attaqué ce 13 mai le cortège funèbre de la journaliste de la chaîne Al-Jazeera, Shireen Abu Aqleh, tombée en martyr mercredi à la suite de tirs des forces de l’occupation à Jénine en Cisjordanie occupée.

Dans une tentative d’empêcher un moment de communion, l’occupant a interdit la circulation du cortège funèbre dans la vieille ville et attaqué les porteurs des drapeaux palestiniens faisaient tomber le cercueil de la défunte à la sortie de l’hôpital Français Sant joseph à Al Qods occupé où était conservé le corps de Shireen Abu Akleh.

La police sioniste a bouclé l’hôpital Saint Joseph avant de l’investir, installant des barricades aux entrées de l’hôpital et le long des routes où passe son cortège funèbre, interdisant le passage des véhicules ou des piétons palestiniens, a précisé l’agence palestinienne WAFA.

Les forces de l’occupation, lourdement armées ont ensuite pris d’assaut les locaux de l’hôpital et attaqué des dizaines de personnes en deuil qui criaient des slogans condamnant l’occupation et hissaient des drapeaux palestiniens.

Des images retransmises par des télévisions palestiniennes montrent le cercueil de la reporter de la chaine quatarie, manquer de tomber au sol alors que des policiers sionistes dispersent la foule. “De brutales forces spéciales (sionistes) attaquent le cortège funèbre de Shireen Abou Akleh sortant de l’hôpital Saint-Joseph”, a dénoncé sur Twitter Hanane Achraoui, une ancienne ténor de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP).

Le cercueil de Shireen Abu Akleh a finalement été transporté vers la Vieille Ville où est célébrée une messe dans une église, avant l’inhumation dans un cimetière à proximité.

Malgré ce dispositif répressif, les Palestiniens ont réussi à rendre hommage à leur martyr. les drapeaux ont flotté malgré l’interdiction et les Palestiniens ont forcé le passage vers le cimetière.

Israël qui a semé le doute sur l’identité du sniper qui a tué la journaliste Abou Aqleh, a confirmé aujourd’hui de qui s’agit-il. En voulant empêcher les funérailles, Israël a encore perdu la bataille de l’image.

La journaliste palestinienne Shireen Abu Aqleh, 51 ans, a été exécutée avec sang-froid mercredi matin par un tir de l’armée d’occupation sioniste alors qu’elle couvrait des affrontements dans le secteur de Jénine, avait rapporté Wafa. Elle portait un gilet pare-balles siglé “Presse” lors de l’exercice de sa mission. L’assassinat de Shireen Abu Aqleh continue de susciter de vives condamnations palestinienne, arabe et internationale.