Le chef de la Ligue musulmane du Pakistan Shehbaz Sharif s’apprête à devenir lundi le nouvel homme fort du pays après la chute du Premier ministre Imran Khan, mais il devra affronter les mêmes problèmes que ceux qui ont coûté son siège à son prédécesseur. Après des semaines de crise, l’Assemblée nationale du Pakistan a destitué dans la nuit de samedi à dimanche Imran Khan, premier chef du gouvernement de l’histoire du pays à se voir renversé par une motion de censure.

Par David FOX
Le départ de M. Khan ouvre la voie à la formation d’une improbable alliance parlementaire qui devrait, dès lundi, désigner Shehbaz Sharif, le chef de la Ligue musulmane du Pakistan (PML-N), à la tête du pays de 220 millions d’habitants doté de l’arme nucléaire. La première tâche de M. Sharif consistera à former un gouvernement de coalition avec le Parti du peuple pakistanais (PPP, gauche) et la petite formation conservatrice Jamiatul Ulema-e-Islam-F (JUI-F).
Le PPP et le PML-N sont les deux partis dynastiques qui ont dominé la vie politique nationale pendant des décennies, et qui sont plus habituées à s’affronter qu’à s’entendre. Leur alliance de circonstance, forgée pour chasser Imran Khan du pouvoir, a peu de chances de survivre à l’approche des prochaines élections, prévues au plus tard en octobre 2023.
Shehbaz Sharif, 70 ans, est le frère cadet de Nawaz Sharif, qui fut trois fois Premier ministre. Il a longtemps dirigé la province du Pendjab, la plus peuplée du pays. Le PPP est pour sa part dirigé par Bilawal Bhutto Zardari, fils de l’ancien président Asif Ali Zardari et de l’ancienne Première ministre Benazir Bhutto assassinée en 2007.

Pas de vengeance
«Nous appliquerons un baume sur les plaies de cette nation», a affirmé M. Sharif au terme de l’interminable bataille parlementaire qui a abouti à la chute de M. Khan dimanche à l’aube. Il a promis de ne pas se venger contre le camp de son prédécesseur, contrairement à une pratique bien établie au Pakistan. Imran Khan, une ancienne star du cricket qui était au pouvoir depuis 2018, a appelé ses partisans à descendre dans la rue dimanche après l’iftar, le repas du soir rompant le jeûne du ramadan. Il affirme être la victime d’un «changement de régime» orchestré selon lui par les Etats-Unis en raison de ses critiques à l’égard de la politique américaine dans les pays musulmans, notamment en Irak et en Afghanistan. Il a tout tenté pour se maintenir au pouvoir, avant que l’Assemblée nationale ne vote la censure par 174 voix sur 342, et n’a certainement pas dit son dernier mot. «La carrière politique de Khan ne s’arrêtera pas là, sa base de soutien est intacte», a prédit l’analyste politique Zahid Hussain. «Ses assertions de ces derniers mois, selon lesquelles il a été victime d’un complot étranger, lui ont apporté un certain soutien», en jouant sur le sentiment anti-américain des électeurs, a-t-il ajouté. «D’après ce qu’il dit, il semble vouloir créer des problèmes pour le gouvernement et poursuivre une espèce de politique de rébellion (…) plutôt que d’oeuvrer pour le bien du pays et de la société», a estimé pour sa part Talat Masood, un ancien général devenu politologue. Une lourde tâche attend le prochain Premier ministre, qui devra affronter les mêmes défis que ceux qui ont abouti à la chute de M. Khan. A commencer par une économie en berne – inflation galopante, roupie faible et dette écrasante – et la multiplication des attaques menées par le Tehreek-e-Taliban Pakistan (TTP), les talibans pakistanais. L’armée, clé du pouvoir politique dans ce pays qui a passé plus de trois décennies sous un régime militaire, et qui avait été accusée de soutenir M. Khan en 2018, n’est pas publiquement intervenue ces derniers jours.
Au moment-même où les députés s’écharpaient dans l’hémicycle sur l’avenir de M. Khan, l’armée publiait une vidéo montrant le lancement d’un missile balistique Chaheen-III, quelques semaines après le tir accidentel d’un missile indien contre le Pakistan. (Source AFP)