Le secrétaire général des Nations unies, Antonio Guterres, a fait savoir, dimanche, depuis New York que “l’Allemagne envisage de relancer la conférence de Berlin sur la Libye”, affirmant que “cette voie est la plus utile et à même de permettre une solution possible à la crise libyenne”.

Animant une conférence de presse à l’occasion de l’arrivée à Tripoli de son envoyé spécial pour la Libye, Abdoulaye Bathily, Antonio Guterres, a insisté, en outre, “sur l’importance d’arriver à un accord entre la Chambre des représentants du peuple et le Haut Conseil d’Etat sur une base constitutionnelle consensuelle et un cadre juridique de nature à permettre la tenue des élections”.

Il a, par ailleurs, insisté “sur la nécessité de préserver le cessez-le feu et la stabilité en vigueur par toutes les parties en conflit”. Pour rappel, Aboudlaye Bathily a indiqué samedi dans sa première déclaration aux médias que “sa première priorité est l’organisation des élections générales le plus tôt possible”.

“La consolidation de la stabilité en Libye et la réunification des institutions” seront aussi parmi ses priorités, a-t-il déclaré, réitérant “la disposition des Nations unies à soutenir le processus politique en Libye”.