La création d’un institut national de veille sanitaire, pour identifier une éventuelle modification de l’état de santé de la population et ses causes, notamment en situation d’urgence, se présente comme une nécessité. Les alertes qui interviennent çà et là concernant la santé publique nous rappellent cette exigence dans un monde de plus en plus interconnecté. D’autant que l’accessibilité et la mobilité des êtres humains facilitent le déplacement des maladies. Une surveillance épidémiologique efficace en Algérie est tributaire de la création d’un institut national de veille sanitaire, dont la mission principale serait justement de surveiller comme le lait sur le feu la situation sanitaire des citoyens. Dans un pays où le système de santé demeure fragile, malgré les possibilités du pays, la question se pose avec acuité. L’actualité concernant l’épidémie du Coronavirus particulièrement surmédiatisée rajoute à l’importance d’une telle structure. La gestion médiatique de ce type d’évènement touchant à la santé publique est également à parfaire, notamment avec des réseaux sociaux devenus de nos jours les véritables faiseurs d’opinions des sociétés. Un outil de ce genre aura pour mission d’alerter et d’informer, sur la base de l’observation de la santé de la population. Tout ce qu’il y a de nécessaires à la conduite de la politique nationale de santé. L’Algérie doit impérativement disposer d’un tel institut doté de tous les moyens humains et financiers pour intervenir en temps réel. Et pour cause, l’Algérie est exposée à un énorme risque épidémiologique, selon les spécialistes. Les mesures préventives prises par les pouvoirs publics pour faire face au Coronavirus sont louables. L’isolement sanitaire des personnes atteintes de ce virus contagieux demeure le seul moyen de réduire la contamination. Mais une information juste et efficace reste la meilleure des préventions.