Alors que la ville d’Oum El Bouaghi, qui connaît une expansion remarquable à la faveur des divers programmes de développement, notamment en matière de réalisation de logements, création de nouvelles cités et autres, est en quête d’espaces pour l’implantation d’autres projets, des retards dans l’achèvement de certains projets n’ont cessé de soulever la colère des citoyens qui n’ont pas hésité à protester à maintes reprises. Même les chefs de l’Exécutif n’ont pas cessé de critiquer et fustiger les nombreux responsables pour l’insuffisance du suivi des projets sur le terrain et certaines entreprises retardataires dans les délais impartis aux réalisations. Cependant, lorsqu’un projet démarre, pour être abandonné quelque temps après, ne peut soulever que des interrogations. Sinon comment expliquer le sort de cette carcasse laissée en plan, localisée juste derrière ce que l’on appelle « cité des investisseurs » (sud du chef-lieu de wilaya), sans plaque indicatrice du maître d’œuvre, de l’entreprise réalisatrice, des délais de réalisation ? Quelle que soit l’entreprise, privée ou publique, qui a entamé les travaux, cette situation doit d’être élucidée, particulièrement la raison pour laquelle ils ont été arrêtés. Demeurant dans un état déplorable, cerné par des tas de poubelles, ou des travaux de décapage ont été entamés, annonçant peut-être la reprise en charge de la carcasse dans le cadre d’une nouvelle implantation. Tout vaut mieux que de la laisser dans cet état déplorable laissant penser à l’indifférence et la négligence avérées.