Alors que la population ne cesse de croître dans cette bourgade agricole de de Touzeline, le liquide vital accuse une insuffisance depuis quelques années, soulevant ainsi l’ire de la population. Ainsi, à l’instar des habitants du chef-lieu de wilaya, qui avaient abandonné depuis longtemps déjà l’eau du robinet en se rabattant sur l’eau de source commercialisée par de nombreux colporteurs (souvent ne disposant d’aucun document le leur autorisant), ceux de Touzeline (ex-Armandy Ourkis), une zone jadis constituant un véritable grenier de céréales, localisée à quelques encablures à l’ouest du chef-lieu de wilaya disposant d’une source d’une eau très appréciée, endurent depuis quelque temps l’insuffisance de l’alimentation en eau potable. De ce fait, ses habitants et ceux des mechtas riveraines n’ont cessé de décrier cette situation en rappelant l’ancienneté de la source de plus d’un siècle et demi qui les approvisionnait d’une eau pure très appréciée. Laquelle eau de source parvient à Touzeline et au village agricole de Sidi Rghiss (est) et permettait aussi aux nombreux habitants du chef-lieu de wilaya et ceux de l’agglomération d’Aïn Fakroun (25 kilomètres à l’ouest du chef-lieu de wilaya) ainsi que les mechtas environnantes comme Ourkis, Sidi Ounis, de s’approvisionner. Cependant, depuis quatre ans, selon les habitants, la source s’est asséchée engendrant l’insuffisance de l’eau et les tracasseries. 

Ces derniers dénoncent le fonçage anarchique de puits et forages à proximité de la source, une situation qui a fini par avoir un impact plus que négatif sur la source en question jusqu’à priver les habitants de l’alimentation en eau potable. Depuis, les habitants vivent un véritable calvaire et ne savent plus à quel saint se vouer. Même la réalisation d’un forage n’a pas mis fin au problème, selon les habitants qui déplorent la pénurie d’eau surtout en saison estivale. Ils sollicitent l’intervention des autorités concernées pour régler le problème. Désormais, la fontaine jadis très prisée et animée par des groupes de personnes s’approvisionnant d’une eau fraîche, pour laquelle certains font des kilomètres, est désertée.n